]]>

8.3.06

Journée de la femme 06



Malgré notre refus du pseudo "féminisme" marcusien qui inspire trop les initiatives de la journée de la femme, et malgré notre scepticisme sur l'utilité de telles journées "festives et citoyennes", voici quelques utiles remarques en passant...
Tout d'abord, un chiffre: 5.000 femmes sont tuées chaque année dans des crimes d'"honneur". Pour l'essentiel ces crimes sont perpétrés dans le monde islamique (pays arabes, Turquie, Iran, Pakistan, Inde, Bengladesh ect...). La religion n'est pas seule responsable, elle couvre commodément des coutumes etniques. Mais les nations d'Europe ne sont pas épargnées: les communautées allogènes inassimilables (Turcs, Kurdes, Albanais ect...) pratiquent les crimes d'"honneur" sur les jeunes filles qui dérogent au contrôle communautaire ou qui sont victimes d'abus sexuels ou de viols. Des milliers de mariages forcés de jeunes filles d'origine étrangère sont conclus chaque année, soit en France soit dans leurs patries, suite à des enlèvements et séquestrations, qui aboutissent à des nuits de noces "barbares". L'esclavage "traditionnel", touchant les jeunes filles, est pratiqué sur notre territoire par des mégères RMistes comme par des Pétro-princes du Golfe. En France, des fillettes décèdent chaque année des suites des excisions pratquées par leur parentèle féminine. L'immigration reste la première cause de ses violences et de ces comportements désordonnés et illégaux...

Le viol en réunion est devenu un rituel de passage à l'âge adulte. Dans le chaos urbain on voit réapparaître des comportements primitifs, fort bien décrits par l'anthropologie (M.Elliade, C.Lévi-Strauss, R.Girard ect...): le viol, de préférence d'une "française", est devenu dans de nombreuses cités interdites l'occasion de perdre son pucelage, un rite d'accession à l'âge adulte, un acte de cohésion de la bande "multiculturelle". Téléscopage d'une vision fruste de la femme, héritée des moeurs "pudiques" des cultures afro-asiatiques et de la sexualité débridée de la démocratie de marchée post-soixantehuitarde. Alliage de la pudibonderie et du gang-bang...

Il faudra bien en tirer les conclusions politiques, au-delà de la légitime indignation que ces pratiques suscitent. Il s'agit dès à présent d'abandonner le modèle rousseauiste du "bon sauvage" qui vertèbre l'école, Troisième rép. comme celle des ZEP, "hussards noirs" ou "baba cool"... la barbarie des origines réactivée par la barbarie consumériste... Non, décidemment les femmes ne sont pas des objets: ni bétail ovin, ni sex-toy...

Le plus grand crime touchant spécifiquement les filles reste l'avortement sélectif pratiqué en Chine ou en Inde...
Des millions de fillettes sont éxécutées dans les avortoires industriels de ces pays en vertu de leur sexe...

Qui en parlera?
Messieurs les droitsdelhommistes à quand une action en faveur des toutes-petites? Le "droit" à l'avortement est contraire au premier droit des femmes, le droit à la vie.