]]>

10.5.06

Journée de commémoration de l'esclavage: plutôt l'histoire que la "mémoire", toujours sélective et... oublieuse

L'esclavage a été universellement pratiqué de la Chine à l'Egypte, des empires aztèques ou Incas à la Grèce de Périclès et la Rome de César, par les peuples d'Europe, d'Asie, d'Afrique et d'Amérique. Il a été une constante durant des millénaires. C'est le Christianisme, et lui seul, appyué sur le bras de nos rois qui sur les plans anthropologiques économiques et politique a enclenché la reconnaissance de la dignité humaine, discréditant d'emblée et marginalisant peu à peu cette pratique. Dans la foi au Christ, il n'y a plus désormais "ni Juif, ni Grec, ni esclave, ni homme libre, ni homme, ni femme", car ils sont tous "un en Christ Jésus"' (St Paul, Gal.3,28). L'abolition de l'esclavage en France à été décrétée par Sainte Bathilde, fille de Clovis et de Clothilde.
Jusqu'en 1830, quiconque était capturé par les Barbaresques en Méditerranée finissait ses jours comme esclave en Afrique du Nord ou au Proche-Orient, si un ordre religieux comme les spiritains ne parvenait pas à le racheter. Une des causes de la Prise d'ALger était la lutte contre la piraterie des barbaresques qui vivait d'une économie prédatrice et esclavagiste: le premier résultat fut la libération de dizaines milliers d'esclaves chrétiens. L'enlèvement des fils de chrétiens dans les Balkans alimentera le corps d'élite des Janissaires, esclaves à des fins militaires et administratives et sexuels du Grand Turc. L'esclavage inter-africain sévissait partout et c'étaient des négriers africains qui vendaient "le bois d'ébène" aux Arabes et aux Européens. La Traite arabereprésente un volume supértieur à la Traite européenne. Si les pays d'Europe et les Etat-Unis ont aboli l'esclavage sous ses formes anciennes, la Révolution "Française" et les totalitarismes qu'elle a enfantés l'ont rétabli plus atrocement: esclavage des femmes et des enfants lors de la révolution industrielle, auquel répondra l'oeuvre émancipatrice des Catholiques sociaux, esclavage des camps de concentration nazis, esclavage communiste de 1920 à nos jours dans les milliers de camps du Goulag et du Lao Gaï. L'esclavage dure toujours, dans bien des pays d'Afrique noire comme dans bien des pays musulmans, jusque dans nos palaces grand luxe de la Côte d'Azur ou de Paris où des jeunes filles Philippines ou Malaises sont esclaves de Princes pétroliers... que dire dela prostitution des trotoirs du monde entier... et du travail salarié?

Lire: Paul Lafargue, le droit à la paresse en ligne ici
O. Pétré-Grenouilleau, Les traites négrières : essai d'histoire globale, Gallimard, 2004, 468 p, 32 €
J. Heers, Les Négriers en terres d'islam : La Première traite des Noirs, Perrin, 2003, 303 p, 21€
L. Lagartempe, Histoire des Barbaresques, Editions de Paris, 2005, 294 p, 23€
J. Heers, Esclaves et domestiques au M-A dans le monde méditerranéen, Hachette, 1996, 300 p, 10€
Simone Weil, La Condition ouvrière, Gallimard, 2002, 522 pages, 7€