]]>

18.5.06

La raison des nations de Pierre Manent

Hier, conférence de Pierre Manent à la Nouvelle Action Royaliste de Renouvin en présence de plusieurs de nos camarades... Interressante, quant àla critique de la religion de l'humanité qui obsède l'époque et lui interdit l'accès au réel. En criminalisant les critères d'inclusion et d'exclusion qui fondent les groupes humains: nationalité, frontières, cultures, la religion de l'humanité barre la route du politique... Cette réduction de l'homme à ce qu'il à de commun, ce culte du semblable, du mimétique, ce paradigme synthétisé au temps des "Lumières" et en grande partie réalisé est considéré comme la seule valeur spécifique de l'Europe, d'où son incapacité à sortir des bavardages "sans frontières"...
L'Europe comme projet postnational, l'Europe nuageuse de la démocratie de marché...
Interessant, Pierre Manent reste meilleur à l'écrit qu'à l'oral... c'est pourquoi nous recommandons sa lecture. La philosophie libérale n'est jamais aussi interressante que lorsqu'elle se débat dans ses contradictions... Lorsque vint le temps des questions, et que nous demandâmes au conférencier s'il s'agissait de sortir de la métaphysique des "Lumières" afin d retrouver le politique et sa "prose des jours", ce dernier a montré les limites des meilleurs Tocquevilliens, refusant d'envisager l'avenir autrement que comme une poursuite "historiciste", "fataliste" du présent... Il nous rétorqua que sortir des "Lumières" serait "hasardeux", laissant entendre qu'il n'y a pas d'amour, de culture, de paix et d'état de droit hors des fredaines de Rousseau et de Voltaire... ce qui nous laisssait pantois...


"Où en sommes-nous ? Nous voici pris entre notre vieille nation que nous ne voulons pas quitter et l'Europe nouvelle que nous espérons rejoindre sans savoir comment. A un gouvernement représentatif tend à se substituer une 'gouvernance démocratique' qui ne nous gouverne ni ne nous représente. Nous voyons sans nous émouvoir notre existence politique se défaire parce que nous sommes en proie à l'illusion d'une humanité unifiée qui pourrait tenir ensemble en se passant de toute forme politique. Et il y a longtemps que nous ne savons plus que faire de la religion. Comment donner sens à cette crise de notre existence commune ? Pierre Manent interroge l'histoire, récente et lointaine, de la nation ; la manière dont elle a accueilli et nourri la démocratie ; et comment son effacement menace aujourd'hui cette démocratie même. Il met en évidence la situation paradoxale de la religion dont on ne cesse d'annoncer la fin imminente alors même que les séparations religieuses organisent de plus en plus notre paysage politique. L'Europe ne peut rester longtemps encore cette zone dépressionnaire où l'on a peur de son ombre."