]]>

27.5.06

Se souvenir de travers ?

Lu dans le Ouest-France du 22 mai 2006, le "coup de gueule" de l'historien Jean-Pierre Rioux, intitulé "Arrêtons de nous souvenir de travers !". "A force de valoriser le "devoir" de mémoire, nous ne savons plus saisir l'âme de la France."
"Le devoir de mémoire est, en effet, devenu à géométrie si variable que nous apostrophons le passé comme s'il devait toujours être tenu pour criminel."
"Comment en sortir ? Comment renouer avec le "principe de succession qui, seul, force à penser le monde ? Comment retrouver l'homme perspectif, celui qui tend vers un projet ? Comment retrouver l'allégresse d'un saint Augustin quand il découvrit que le temps passé, présent ou à venir, était d'abord une promesse en marche et en actes, un renouveau, un dépassement ?"
J-P. Rioux, in Ouest-France, Lundi 22 mai 2006.
Nous répondrions volontiers que pour s'en revenir vers une telle perspective, intimement liée, à l'idée de "réconciliation nationale", il faut songer au Roi, garant de l'unité de la nation dans toutes ses composantes, garant, aussi, d'une unité "historique" par la transmission et l'hérédité ...
A méditer en ces temps totalitaires d'historiquement (et tristement) correct ...

vu sur sr-breizh-uhel, la section royaliste de haute-Bretagne