]]>

6.6.06

Nos Maîtres: Georges Catroux (1877-1969)

Il fut le représentant de la France Libre au Moyen Orient et en AFN.
Né en 1877 à Limoges, sorti de Saint-Cyr en 1898, lieutenant à la Légion étrangère (1900), il est envoyé au Sahara, en Indochine, puis en Algérie, où il participe à la préparation de la conquête du Maroc, sous les ordres du Maréchal Lyautey (1906-1911). Chef de bataillon au 2e RTA (1914), il est blessé et fait prisonnier (octobre 1915). Interné au fort d’Ingolstadt, il y retrouve le capitaine de Gaulle. Gouverneur de la province de Damas (1920) attaché militaire à Constantinople (1923-1925), il regagne le Levant (1926), où il plaide pour l’indépendance de la Syrie et du Liban, sous mandat français. Il exerce ensuite des commandements en Algérie et au Maroc. Nommé gouverneur général de l’Indochine (juillet 1939), il est révoqué par Vichy (juillet 1940) et rallie la France Libre: Il fut contraint de laisser sa place à l'amiral Jean Decoux, suite à des désaccords avec le nouveau gouvernement de Vichy, notamment sur les premiers traités avec le Japon en juillet 1940. Commandant en chef et délégué de la France libre au Moyen-Orient, il proclame l’indépendance de la Syrie et du Liban et est nommé Haut commissaire au Levant (juillet 1941). Gouverneur général de l’Algérie, commissaire d’Etat du CFLN (1943), il devient ministre d’Etat chargé de l’AFN au sein du GPRF (septembre 1944), puis ambassadeur de France en URSS en janvier 1945. Après les troubles du Maroc, Il négocia le retour du sultan Mohammed V en 1955. Ministre-résidant en Algérie du gouvernement Guy Mollet en 1956, il ne put prendre ses fonctions en raisons des manifestations à courte vue des pieds-noirs du 6 février à Alger. Il eut pu être le "sauveur" de l'Algérie, en raison de sa profonde connaissance de la région et des mentalités.


A lire: Catroux de Henri Lerner, Albin Michel, 1990, 432 pages, 22€.
J'ai vu tomber le rideau de fer: moscou, 1945-1948 de Georges Catroux, 1952, 29€