]]>

20.7.06

La Marque de la Bête?

Le jour n'est pas loin peut-être où il nous semblera aussi naturel de laisser notre clef dans la serrure, afin que la police puisse entrer chez nous nuit et jour, que d'ouvrir notre portefeuille à toute réquisition. Et lorsque l'État jugera plus pratique, afin d'épargner le temps de ses innombrables contrôleurs, de nous imposer une marque extérieure, pourquoi hésiterions-nous à nous laisser marquer au fer, à la joue ou à la fesse, comme le bétail ? L'épuration des Mal-Pensants, si chère aux régimes totalitaires, en serait grandement facilitée. Une civilisation ne s'écroule pas comme un édifice ; et on dirait beaucoup plus exactement qu'elle se vide peu à peu de sa substance, jusqu'à ce qu'il n'en reste plus que l'écorce. On pourrait dire plus exactement encore qu'une civilisation disparaît avec l'espèce d'homme, le type d'humanité, sorti d'elle. L'homme de notre civilisation de la civilisation française - qui fut l'expression la plus vive et la plus nuancée, la plus hellénique, de la civilisation européenne, a disparu pratiquement de la scène de l'Histoire...

Georges Bernanos, La France contre les robots,1944


La société Applied Digital, qui produit la puce d’identification Verichip, a obtenu la semaine dernière l’agrément de la FDA (Food and Drug Administration), l’autorisant à commercialiser la puce aux Etats-Unis et pour des applications médicales.
Cette puce, de la taille d’un grain de riz, est injectée sous la peau d’un patient humain et utilise la technologie RFID pour transmettre sans fil l’identifiant unique qu’elle contient. L’identifiant est émis à destination de lecteurs RFID spécifiques, puis transmis sur l’internet via un accès sécurisé. Le dispositif permet à une personne dûment accréditée d’accéder - en principe en toute confidentialité - au dossier médical du porteur de la puce.
D’autres applications sont également envisagées, par exemple en matière d’accès sécurisé à des endroits physiques ou à des machines (garantissant qu’un engin donné ne peut être piloté que par des personnes habilitées). Applied Digital avait d’ailleurs annoncé en juillet dernier que des puces Verichip venaient d’être implantées sous la peau du ministre de la justice mexicain, et de plusieurs des membres de son équipe, dans le but d’augmenter leur sécurité.