]]>

14.7.06

Les medecins étrangers en grève


7.000 médecins étrangers seraient en grève pour demander l'égalité de traitement avec leurs collègues français, qui gangent 50% de plus qu'eux.
On peut comprendre leur sentiment d'injustice. A travail égal salaire égal. Mais au scandale de leur rémunération s'en ajoute un bien plus grave: les médecins étrangers sont sous-payés à occupper des places dans les hôpitaux pour faire face à une pénurie de médecins français. En effet, on fait appel à des médecins étrangers, souvent venus se former en France au titre de la coopération . Ces derniers au lieu d'honorer le contract moral "à trois" avec la France et leur pays, ces apprentis médecins, toute honte bue restent vivre dans le pays de cocagne qu'est le notre. Au lieu de pratiquer dans leur patrie africaine ou moyenne-orientale qui souvent à un besoin désespéré de leur savoir-faire, leurs confrères, formés chez eux ,quittent leur terre et s'intallent en France, dévaluant le secteur de la santé, tant sur plan de la qualité qui n'est plus garantie, que sur le plan social en occupant des postes normalement dévolus aux Français.
Cela n'est possible q'en raison du maintien du numerus clausus, sorte de quota maximum de futurs médecins entrant dans nos facultés chaque année. La "première année" de médecine n'est pas une année de faculté, mais une "prépa", ce qu'ignorent les étudiants qui emprunte cette orientation. Sur 100 élèves présentant le concours de première année, 10 seulement entreront en deuxième année, et la sélection draconienne se poursuivra jusqu'en fin de cursus. Des étudiants qui se sont montrés brillants dans d'autres carrières, en droit par exemple, ont été refoulés de leur études de médecine, alors qu'on peut décemment concevoir qu'ils y auraient brillé également si le chemin ne leur avait pas été barré. Certains s'interrogeront, si la France manque de médecins au point d'en priver les pays africains et orientaux qui en ont tant besoin, pourquoi maintient-on le numérus clausus? La raison en est simple, le Léviathan étatique contrôle la santé, qui devrait relever de la liberté sanitaire de la société civile, il en plannifie les dépenses, et il considère qu'en maintenant artificiellement bas le nombre de médecins, il réduira ainsi les "dérives" de dépenses de santé. Mais cette gestion préconçue et technocratique conduit à une pénurie de médecins français depuis ... des décennies! Cette politique désastreuse n'a jamais été remise en question. Le ministre serait bien inspiré de supprimer le numérus clausus, de mettre en place un transfert progressif des médecins étrangers pratiquant "illégalement" la médecine vers leurs pays d'origine et de compenser finacièrement son iniquité en terme de politique sociale à l'égard de ces étrangers qu'il exploite depuis des années, sans vergogne. Mais les étudiants lui demandent de ne pas "régulariser" ces praticiens, privant les pays d'origine de leurs ressortissants cencés être chez eux des cadres sociaux, et qui engorgeront pour longtemps le marché du travail des médecins, enfin ce serait envoyer un signal fort en faveur d'une "immigration choisie/subie" des élites du Tiers-monde qui veulent le plus souvent fuir pour des cieux plus cléments. Nous comprennons les grévistes, nous leur manifestons notre solidarité pour ce qui est de dénoncer l'irresponsabilité du gouvernement. Reste qu' ils sont étrangers et que l'exercice de la médecine est réservé, ainsi que nombre de métiers, aux nationaux, ce qui est la règle dans tous les pays du monde. Ils doivent partir et le numérus clausus doit être levé.