]]>

14.8.06

ABC du royalisme social : Leçon n°5

LA CAPACITÉ PROFESSIONNELLE
Le premier venu peut-il faire partie de la corporation ?
Evidemment non ; pour être membre actif de la corporation, il faut témoigner de la capacité professionnelle, que pourrait constater un brevet délivré selon certaines règles.

La capacité professionnelle est-elle nécessaire aux patrons dans la grande industrie ?
Oui, est beaucoup d’industriels le comprennent. Ils exigent que
leurs fils, leurs gendres ou autres personnes étrangères au milieu familial appelés à leur succéder aient conquis leurs lettres de maîtrise par un titre d’ingénieur.

Faut-il donc empêcher les capitalistes, les hommes dont la possession de l’argent est le seul titre de faire fructifier leurs capitaux ?
Une telle prétention serait absurde. Les capitalistes ont un rôle extrêmement utile à jouer dans la production. Il importe seulement d’empêcher la prédominance de l’or sur le mérite, le savoir et la valeur professionnelle ; il importe d’empêcher la domination decette « espèce de privilège industriel, dont parle le Comte de Chambord, qui tient dans ses mains l’existence des ouvriers ». Mais le régime corporatif, c’est l’ordre. La corporation, prenant la direction de la vie économique, constituera par là même une barrière à l’oppression de l’or. Mieux encore, elle fera servir au bien des ouvriers et au bonheur public ces ressources capitalistes qui, à la faveur du régime de bon plaisir, ne profitent qu’à une poignée d’agioteurs.

Quels sont les avantages de la capacité professionnelle ?
Elle confère à l’ingénieur et à l’ouvrier la propriété du métier, propriété dont ils retireront des revenus certains comme d’un capital.
La capacité professionnelle est aussi pour le public la garantie d’une bonne production.