]]>

4.9.06

ABC du royalisme social : Leçon n°8

RÔLE POLITIQUE DE LA CORPORATION
Le régime corporatif ne représente-t-il pas encore un autre avantage ?
Oui, il permet d’introduire dans la constitution politique la représentation des droits et des intérêts professionnels.

Quels seraient les avantages de cette représentation ?
Elle nous débarrasserait de la domination des politiciens, de tous ces ambitieux, qui, parce qu’ils n’ont pas réussi dans leurs propres affaires, se croient appelés à gérer les grands intérêts de l’Etat. Elle mettrait fin au règne de ceux qui consomment et donnerait l’influence à ceux qui produisent. Par elle, les intérêts de la profession pourraient faire entendre leur voix.


Comment s’entend la représentation professionnelle ?
Les corporations désigneraient leurs membres les plus capables, qui rédigeraient les cahiers de profession. Sur ces cahiers seraient consignés les vœux et les besoins des corps d’état.

Quel rôle serait assigné aux mandataires des corporations ?
Un rôle consultatif. Ainsi le comprenaient nos pères : les états transmettaient au Souverain les vœux et les doléances du pays.

Sur quoi s’appuie cette conception du rôle politique de la corporation ?
Sur des paroles royales : « Qui ne voit, disait le Comte de Chambord en 1865, que la constitution volontaire et réglée des corporations libres deviendrait un des éléments les plus puissants de l’ordre et de l’harmonie sociale, et que ces corporations pourraient entrer dans l’organisation de la commune et dans les bases de l’électorat et du suffrage ? Considération qui touche un des points les plus graves de la politique de l’avenir. »
Enfin, en 1907, Mgr le Duc d’Orléans écrivait : « Les associations professionnelles…donneront, avec le temps, naissance à une véritable organisation corporative, base naturelle d’une représentation sérieuse et compétente ».