]]>

18.10.06

Retour sur la conférence de S.Giocanti " Maurras, l’ordre et le chaos »

Vu sur les manats du roi


« Aucune origine n’est belle » Relire Anthinea
L’ ordre passe par la perception du chaos. Et le chaos ébranle la chair du jeune Maurras dès l’âge de 14 ans, l’entourant d’un mur de silence…
L’ombre de Schopenhauer voile le beau soleil de Martigues et l’adolescent fait une tentative de suicide vers ses 15 ans. Tant de dons sont alors au bord du gouffre…Tentations Nietzschéennes ? Les sirènes de Machiavel chantent aux oreilles silencieuses du jeune Maurras :
« La religion affaiblit les nations »
Le temps est à la colère et les « colères blanches » envahissent Charles Maurras.
Mais le chaos n’est pas qu’une intime épreuve. Il rôde tout autour des lieux chéris: Martigues décline et la France se déchire. Entend-il sonner le tocsin dans sa tête, que la maladie veut fermer au monde ?
Et de lire : saint Thomas d’Aquin, Platon ( Le Gorgias), Lucrèce, Dante, Shakespeare…Des désordres seraient-ils nécessaires ? soit, mais
« à condition que le résultat soit supérieur à l’état antérieur… »
Et l’ordre ? Ne serait-il pas une conquête de la liberté humaine ?
La remise en ordre s’impose. Charles Maurras se « convertit » à la Politique. Faisant fi du désordre que la nature a installé en lui, il vise alors un ordre plus grand. Parer à ses tourments, se fendre… Maurras est un escrimeur !
La république ? Elle nivelle et abaisse, blessant toujours plus « sa » Provence !1895. Charles Maurras devient royaliste !
Et une des plus fortes et des plus puissantes pensées politiques va se mettre en forme… et briller au sein de
l’Action Française.
Mais des traces du chaos subsistent…
A partir de 1930, une série de scissions dont les protagonistes n’ont pas toujours l’entière responsabilité en sera le témoignage. Lucide comme personne d’autre sur la montée du nazisme, Charles Maurras n’échappera pas à certaines obsessions et « le sentiment de l’ordre de Maurras va devenir complice du chaos ».
Pas de procès, un humble constat, et la vie de Maurras illustre ce qui fut sa propre loi : « L’ordre n’est jamais donné, il faut le trouver. » Et toujours, parer !
Si la lutte entre le chaos et l’ordre de Maurras revêt un caractère personnel, au travers de cette lutte, l’articulation entre l’objectivité et la subjectivité est mise en lumière, bien que jamais Maurras n’ait opposé le couple chaos/ordre au couple péché originel/salut.
Mais la pensée du Martégal ne s’arrête pas à cette lutte. Elle est si riche, qu’elle mérite que nous en retirions toutes les leçons. Non pas pour juger un passé, mais pour bâtir notre avenir !
Un grand merci à Stéphane Giocanti et bravo à Michel Fromentoux.