]]>

5.10.06

Saint-Michel

Vu sur frogman
L'Archange Saint-Michel, nous dit l'Apocalypse, fut chargé d'écraser la révolte des mauvais anges et de les expulser du Paradis, pour être ensuite jetés dans la géhenne, au feu qui jamais ne s'éteindra. Cet exploit rendit Saint-Michel populaire parmi les chrétiens, qui l'invoquèrent contre le démon, le dragon, l'antique serpent, le diable ou Satan. On lui dédia des sanctuaires en tous pays, et plus de deux cents communes françaises portent son nom. C'est en Angleterre, du coeur d'un parachutiste français anonyme, que l'idée du patronnage de Saint-Michel a jailli. La première évocation de Saint-Michel remonte à la deuxième guerre mondiale où l'aumônier du 2e SAS remit les médailles bénites de Saint-Michel aux Parachutistes qui, en Angleterre, s'apprêtaient à sauter sur le sol de la Patrie. Ces médailles furent, en France, le signe de reconnaissance des SAS. En février 1945, l'Aumônier du Corps-Franc de l'Air proposa que Saint-Michel devint patron des parachutistes. En 1948, lors de la messe dite devant les parachutistes du 3e Bataillon du 1er RCP qui partaient en Indochine, le Père JEGO, après avoir béni leur fanion au nom de Saint-Michel, termina son homélie par: "Et par Saint-Michel, vivent les parachutistes !". Cette phrase se conserva et termine traditionnellement les discours des chefs parachutistes. L'idée s'imposa aux unités et le 29 septembre 1949, la première Saint-Michel fut célébrée en la Cathédrale d'Hanoï.