]]>

19.11.06

Notre nationalisme par Pierre Lafarge

Le NON au référendum du 29 mai dernier a procédé de désirs plus ou moins conscients d’un retour à la nation.

Néanmoins il demeure, même chez les souverainistes déclarés, une réticence à se réclamer du nationalisme. Cette réserve provient essentiellement d’une méconnaissance des véritables fondements du nationalisme français et de confusions qu’il est urgent de dissiper.
Il existe deux versions libérales du nationalisme, deux modes d’érection de la nation en individu : le nationalisme jacobin, qui postule l’égalité de toutes les nations et le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, quelles qu’en soient les conséquences, fussent-elles les plus catastrophiques, le nationalisme allemand ensuite, qui est un impérialisme, un panisme (1) (le “pangermanisme"). Nous récusons ces deux formes d’expression nationale, qui portent en elles des germes pouvant se révéler désastreux.

Faux modèles
Il faut d’abord écarter le modèle allemand, la nation organiciste, fondée sur le sang et la culture, d’Herder et de Fichte (Discours à la nation allemande), qui est une vision forgée dans un objectif politique précis : le pangermanisme. Elle postule que les nations sont des individus puisque comme le résume Louis Dumont, « Herder transforme l’individualisme […] au plan d’identités collectives ». L’Allemagne devient pour Fichte la seule vraie patrie (Heimat), le seul vrai peuple, destiné qu’il est à guider l’Humanité.
Comme l’écrivait Maurras, qui refusait, lui, de déifier la nation : « On a vu d’autres nations se décerner le rang divin, une déesse Rome, une déesse France, une sainte Russie, se loger elles-mêmes dans la niche sacrée. Elles n’ont rien à voir avec l’apothéose, que dédia Fichte à la sienne, l’endemain d’Iéna, pendant qu’il y avait un gouverneur français à Berlin.
Aucune nation n’aura prétendu comme celle-ci aux attributs exclusifs du Dieu unitaire et métaphysique, de l’absolu juif et chrétien ; seule, la mère Germanie aura survolé Olympe ou Walhalla pour s’asseoir au plus haut des cimes en se proclamant l’Identique au vrai, au beau et au bien. Ne parlons pas du Messianisme d’un peuple de Dieu, le modèle juif est encore dépassé, disons : le Peuple-Dieu ». On sait sur quelles conséquences terrifiantes et meurtrières ont débouché ces théorie allemandes au XXe siècle.
Notre nationalisme ne procède pas non plus, n’en déplaise à Jean de Viguerie, de la vision jacobine et abstraite de la nation-contrat, issue en droite ligne de Rousseau et de Siéyes, que rejoint Ernest Renan dans sa célèbre conférence Qu’est-ce qu’une nation ? (1882) lorsqu’il fait de la nation « un plébiscite de tous les jours ». Cette définition jacobine, volontariste et idéologique de la nation conduit là encore à une absolutisation dont s’est toujours gardée l’école contre-révolutionnaire.
Ces deux formes de nationalisme dévoyé s’accompagnent de principes destructeurs de l’ordre international : le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes et le principe des nationalités, tant défendus par Napoléon III et qui furent si utiles à Hitler dans l’affaire des Sudètes. On en a encore récemment vu les conséquences dramatiques en Yougoslavie. Nous ne sommes pas égalitaristes, donc nous ne nous voilons pas la face : toutes les nations ne se valent pas et le fait que certaines n’accèdent pas à la souveraineté (comme dans l’empire austro-hongrois) peut éviter bien des malheurs à leurs propres membres.
Un État peut avoir des droits et des devoirs historiques sur des régions à fort particularisme. C’est le cas en France : Corse, Bretagne, Alsace… Parler de “nationalisme corse” est donc une aberration journalistique. Ce ne sont pas des nationalistes mais des séparatistes.


Synthèse maurrassienne
Le nationalisme de Maurras est issu, via la médiation de son ami Frédéric Amouretti (2), de la définition de la nation comme communauté politique formulée par l’historien Fustel de Coulanges (3) dans sa lettre à Mommsen d’octobre 1870, à l’occasion du débat sur l’appartenance nationale de l’Alsace : « Ce qui distingue les nations, ce n’est ni la race, ni la langue. Les hommes sentent dans leur cœur qu’ils sont un même peuple lorsqu’ils ont une communauté d’idées, d’intérêts, d’affections, de souvenirs et d’espérances. Voilà ce qui fait la patrie. »
Une communauté politique, ne se décrète pas, elle se constate. Pour Maurras la nation constitue « le plus vaste des cercles communautaires qui soient, au temporel, solides et complets » (depuis la disloquation de l'oeucumène chrétien par la funeste révolution stato-nationale luthérienne...ndlr).
La nation est ici une communauté historique et politique naturelle. Il serait dangereux pour ses membres de la remettre en cause, puisque ce serait se détacher du réel au profit d’utopies dont la construction européenne est le meilleur exemple.
Pour Maurras, la nation demeure la voie d’accès privilégiée à l’universel : « Pour rêver à la monarchie universelle et pour s’élever jusqu’à la sphère métaphysique de la Cité de Dieu, Dante n’en est pas moins l’exact citoyen de Florence ; Sophocle l’Athénien et Sophocle l’universel ne sont pas deux figures contraires qui s’excluent mais bien le même personnage. Et ainsi de Goethe à Weimar, dans la mesure où ils atteignent le génie classique. »
Loin d’être un enfermement, l’enracinement national est une condition d’ouverture de l’homme au monde. Comment apprécier les autres cultures nationales si on ne connaît pas d’abord la sienne ? L’appartenance nationale est une, mais pas la seule, des identités constitutives de la personne humaine.

Accès à l’universel
La particularité du nationalisme maurrassien est d’avoir articulé nationalisme et royalisme en un “nationalisme intégral” c’est à dire à la nécessité pour la nation française de retrouver un régime monarchique seul garant à long terme, du salut public. Il a expliqué ce cheminement dans Pour un jeune Français (1949) : « La France, l’Unité française, Unité de quoi ? Unité de langue ? De bons Français, Alsaciens, Flamands, Bas-Bretons, Basques, Corses différaient de langue. La langue d’oc était une langue française, il y en avait au moins deux ! L’unité de langue nous manquait donc. Notre race était-elle une ? Moins encore, de toute évidence. La religion ? Non plus […] Nous ne pouvions pas nous fier, comme l’aurait voulu Renan, à l’arbitraire de nos volontés conscientes : elles laissaient à la merci de reniements et de rupture la chose même qu’il s’agissait d’en préserver ; la plus forte habitude de la vie commune ne sauverait pas d’un divorce. Où donc placer une sauvegarde de l’Unité nationale qui rende compte de ses droits et de nos devoirs ?
J’entrevoyais bien ce qui me satisfaisait mal. Notre longue fraternité pouvait ne pas sortir d’une cause unique comme la langue, la race, la religion, mais résulter de la convergence de leurs accords successifs, capitalisés. Encore fallait-il trouver le principe de l’ordre de ces accords ! ». Ce principe, Maurras le trouvera dans le lent et acharné travail politique de nos rois, véritable matrice millénaire du fait national français.
Maurras n’a eu de cesse de critiquer le nationalitarisme (terme forgé par René Johannet) c’est à dire le nationalisme offensif, expansionniste et idéologique. Son nationalisme reste exclusivement défensif. Jamais l’Action française n’a réclamé l’annexion de la Wallonie, de la Suisse romande ou du Val d’Aoste (ce qui nous distingue de certains souverainistes jacobins) ! Elle n’a en revanche jamais transigé sur la défense de nos départements et territoires d’Outre-mer, qu’un déjà long passé commun unit à la métropole.
Classique, politique, réaliste, notre nationalisme n’a pas à rougir de ses fondements. À nous, royalistes d’Action française, d’expliquer et de démontrer à nos camarades souverainistes qu’il est de salut public. La véritable restauration de la souveraineté française sera acquise lorsque l’héritier des Capétiens sera monté sur le trône, lorsque la monarchie sera à nouveau instaurée en France.

(1) Panisme : terme forgé par les géopoliticiens pour caractériser une volonté de rassemblement politique sur un critère identitaire fort : panarabisme, panslavisme, panturquisme…
(2) Frédéric Amouretti (1863-1903) fut le secrétaire de Fustel de Coulanges avant de rédiger avec Maurras la Déclaration des félibres fédéralistes puis de collaborer à la Revue grise d’Action française.
(3) Sur Fustel et l’A.F. lire François Hartog, Le XIXe siècle et l’Histoire. Le cas Fustel de Coulanges, PUF, 1988.
L’Action Française 2000 - 28 juillet 2005