]]>

30.12.06

L'opinion d'Aristote sur l'immigration...

vu sur vox galliae

« Est aussi [facteur de] sédition l’absence de communauté ethnique tant que les citoyens n’en sont pas arrivés à respirer d’un même souffle. Car de même qu’une cité ne se forme pas à partir d’une masse de gens pris au hasard, de même ne se forme-t-elle pas dans n’importe quel espace de temps. C’est pourquoi parmi ceux qui ont, jusqu’à présent, accepté des étrangers pour fonder une cité avec eux ou pour les agréger à la cité, la plupart ont connu des séditions. Ainsi des Achéens fondèrent Sybaris avec des Trézéniens, puis les Achéens devenus majoritaires chassèrent les Trézéniens, d’où la souillure qui échut aux Sybarites. Et à Thourioi des Sybarites entrèrent en conflit avec ceux qui avaient fondé cette cité en même temps qu’eux parce qu’ils s'estimaient en droit d’avoir plus qu’eux sous prétexte que c’était leur propre pays : ils en furent chassés. À Byzance les nouveaux arrivants, pris en flagrant délit de conspiration, furent chassés par les armes. Les gens d’Antissa chassèrent par les armes ceux qui fuyaient Chios et qu’ils avaient accueillis. Les gens de Zancle ayant accueillis des Samiens, ceux-ci les chassèrent de chez eux. Les Appoloniates du Pont-Euxin connurent des séditions après avoir introduit des étrangers chez eux. Les Syracusains, après la période des tyrans, ayant fait citoyens des étrangers, en l’occurrence des mercenaires, connurent des séditions et en vinrent aux armes. Les gens d’Amphipolis, ayant accepté des colons de Chalcis furent en grande majorité chassés par ces derniers. »

Aristote, Les Politiques, Livre V, chapitre 3, §§ 11-13, 1303 a 25-30, traduction de P. Pellegrin, GF Flammarion, 1993, pp. 351-352.

2 Comments:

At 21:58, Anonymous Anonyme said...

Je suis pas trop fan des opinions d'Aristote... Quand on sait à quel point il défendait aussi l'esclavage comme étant indispensable! Et puis le temps des cités État est révolu, la France a assimilé pas mal de vagues d'étrangers, depuis des siècles.. Aujourd'hui on en est à l'Europe...

 
At 18:59, Blogger AFE said...

La France n'a pas été une "terre d'immigration" selon l'expression consacrée, avant la deuxième moitié du XIXè siècle. Les vagues d'immigrés italiens, portuguais, polonais, ont fini par être assimilées pour des raisons numériques et culturelles évidentes.
Qui peut prétendre qu'il en est de même aujourd'hui avec les populations africaines mais également originaires de l'Europe de l'Est ? Quel analyste peut honnêtement soutenir que l'Europe-passoire et la France en particulier, ne sont pas pas entrain de devenir multiracistes ce qui est consubstantiel des sociétés multiethniques ?

 

Enregistrer un commentaire

<< Home