]]>

15.3.06

Riposte aux occupations et aux saccage de la Sorbonne et du Quartier Latin

S'il y a désordre dans les facs c'est qu'il ya désordre au sommet de l'Etat et dans les institutions...

Les étudiants d'Action Française se sont joints à ceux qui mardi 14 mars étaient venus protester contre l'occupation et le saccage de la Sorbonne. Non qu'ils soutiennent les mesurettes antisociales d'un gouvernement déjà usé, mais parce que l'extrême gauche, une fois encore, a pris pretexte du énième contrat précaire embauche pour manipuler les revendications étudiantes. Profitant de l'inorganisation de la société en générale, et particulièrement de l'atomisation des universités, laissées à l'abandon par l'Etat qui les administre abusivement, les caporaux de la gauche extrême ont répondu présents à l'appel de la gauche gestionnaire pour reprendre en main et détourner l'impatience des étudiants.
Là où des consultations ont été organisées par les autorités universitaires, afin de connaître le sentiment réel de l'ensemble des étudiants, les salles de votes, pour un scrutin organique et corporatif, selon nos voeux, sont bloquées "démocratiquement" par les factieux de la gauche décompo.

Pendant l'occupation, la Sorbonne, patrimoine national remontant aux heures brillantes du Moyen-Âge, où Paris était une nouvelle Athène, a été le théâtre d'un vandalisme généralisé... Des tableaux du XVII S° ont été attaqués au cutter, des bibliothèques entières de livres vieux de deux siècles sont parties en fumée, alimentant les brasiers allumés au milieu des cours d'honneurs, en des autodafés typiquement totalitaires...
Nous avons appris qu'ils avaient également détruit l'ensemble du matériel informatique, cela ne nous chaud point... Mais pour chaque livre brûlé, dix incendiaires paieront...

Le plus grave est peut-être qu'il ne se soit trouvé personne pour s'opposer à cette abomination , fille de la "démocratisation" de l'éducation et de la barbarie post-moderne de marché.

Mardi soir, la jeunesse française et européenne se rassemble sur le boulevard Saint-Michel, avant de remonter vers la Sorbonne pour faire entendre sa voix... les marginaux, teuffeurs, trostko-nazis et anarchoflics commencent dans un bel ensemble leurs déferlement de violence et de haine, jettant des bouteilles de verre et des pierres... Cagoulés, casqués, armés de triques dont ils se sont servit toute l'après-midi contre la police de Sarkozy, chanvrés à bloc, ils hurlent, vocifèrent, mais sans monter à l'assaut... ils préfèrent attendre le renfort de leurs camaradess dont nous venons de les couper... Après des échanges répétés nettement à l'avantage des 120 jeunes venus reprendre la rue à la racaille rouge, les Crs décidèrent de nous faire reculer en employant du gaz irritant. Après la jonction des deux attroupements des suppots du Parti socialiste, protégés par des lignes de gendarmes mobiles qui nous font face, une pluie de pavés s'abbat alentours... blessant une étudiante, membre d'un syndicat étudiant, apolitique et autonome... Une charge homérique à 1 contre 15 ou 20 voire 30, à mains nues, met la panique dans les rangs adverses, dont nombre de fuyards se volatilisent pour ne pas revenir... une dispersion en bon ordre et dans le calme de nos collatéraux s'ensuit... aucune autre blessure grave n'est à déplorer... à la prochaine?...

La presse dans son ensemble a parlé d'une action violente de "l'extrême droite"... Sans compter que nous ne sommes pas des extrémistes, nous ne sommes pas de droite... ni de gauche... On reconnait bien là, comme le disait Philippe Muray, la tendance générale de l'oligarchie marchande et spectaculaire à rejetter dans cette impasse politique et sociale toute vraie dissidence avec le discours dominant. Certains "journalistes" vont jusqu'à annoncer les rendez-vous en vue des occupations illégales et illégitimes sous couvert "d'informer" des "actions à venir"... D'autres sous-entendent que les blessures infligées aux forces de l'ordre étatique et marchand seraient dûes à notre riposte aux violence des milices gauchistes, alors que ce sont elles et elles seules qui en sont coupables... non que nous refusions à priori d'user d'une force restreinte pour mener à bien nos opérations, destinées le plus souvent à frapper le s pouvoirs, défendus par une maréchaussée mercenaire... non... mais lorsque nous le faisons nous ne rejettons pas la responsabilité de nos choix politiques sur nos adversaires... Pour la démocrassouille médiatique, le vrai est devenu un moment du faux...

2 Comments:

At 17:13, Anonymous PV said...

Bravo à l'AFE, présente dans les idées et sur le terrain !

La jeunesse est royaliste !

 
At 00:12, Blogger LAMBERT said...

Coordonnateur des sections d'Action Française et des étudiants, je vous informe des positions prises ce soir et vous confirme que Jérôme et Thibault ont réintégré leurs fonctions, bénéficient de tout notre soutien, et vont réorganiser leurs dispositifs militants de manière à mettre fin à la déconnade et à relancer les activités d'Action Française.

Je n'ai pas l'habitude d'interférer dans les hiérarchies. La connerie de quelques uns m'y oblige. Thibaut et Jérôme voudront bien m'en excuser.

Merci de leur apporter un concours sincère, dévoué et fidèle.

Ils ont su garder la tête froide ces derniers jours. Je les en remercie.

Cordialement
B.

----- Original Message -----
From: Bertrand Lambert
To: François BEL-KER ; François BEL-KER ; Hervé CHOISEL ; Sébastien de KERRERO ; Sebastien de KERRERO ; Jean Christophe BERTRAND
Sent: Tuesday, March 21, 2006 10:12 PM
Subject: Thibaut Pierre, confirmé Secrétaire général des Etudiants d'A.F., Jérôme confirmé comme responsable de la formation d'A.F.


Mes chers amis,

Rentrant d'une réunion syndicale à Nanterre, et passé ensuite à la manifestation du quartier latin, je suis passé mardi soir aux locaux pour donner l'analyse qui s'imposait, froidement, de la situation, et dire, insister, que la place de l'A.F. n'était pas là dedans.

J'y suis repassé, jeudi soir, pour prévenir que les CRS allaient casser la manifestation, et que notre place n'était pas là dedans. Ils l'ont cassée, et en plus, ils ont fait plaisir à leur ministre en ramassant du faf!

Aujourd'hui, il est évident que tout le monde (Sarkozy, PS, CGT, CFDT) a atteint ses objectifs, et que dans 8 jours, l'affaire sera enterrée, à moins que Galouzeau ne fasse de conneries.

Face à la déconnade de quelques prétendus 'responsables' étudiants, votre Secrétaire général des étudiants d'A.F. et votre responsable de la formation ont donné leur démission, pour ne pas se solidariser et se compromettre avec des errements incompréhensibles pour un Politique.

Maintenant que le tri est fait, je leur ai demandé de reprendre leur démission. Ils ont accepté de la reprendre. Je l'ai acceptée. Je les en remercie. Pierre Pujo en est informé ce soir. Vous êtes priés d'en prendre acte et de vous soumettre ou de vous démettre

L'affaire du CPE étant donc terminée sous 8 jours, on va maintenant pouvoir reprendre les opérations sérieusement, avec ceux qui ont du plomb dans la cervelle!

J'espère que les quelques décérébrés qui ont cru le grand jour arrivé auront vite compris que l'affaire de mardi, mais surtout celle de jeudi, étaient pure manipulation par les flics!

1 - On redémarre donc, maintenant, et on laissera au bord de la route tous ceux qui n'ont toujours pas compris ! Sans complexe.

Nommé par Pierre Pujo coordinateur du mouvement, avec la responsabilité de la coordination des sections et des étudiants, je vous confirme que je partage tout à fait l' analyse des évènements faite par vos responsables étudiants. S'il faut insister:

2 - Un message à passer:

Ce n'est pas à l'AF de ratonner au quartier latin, et encore moins de se faire ratonner par les gauches. Ce n'est pas non plus à l'AF de servir de supplétifs aux fafs. Ni de se mélanger à leurs pancartes. Nous avons tout à y perdre

Que les facs soient bloquées, c'est effectivement débile.

Mais il n'appartient pas aux étudiants royalistes de jouer les briseurs de grève ou les supplétifs des CRS. Ce serait s'immiscer dans un conflit typiquement républicano-républicain, dont les raisons sont essentiellement électoralistes. Nous en avons déjà vu le résultat: Chérèque est maintenant certain de repasser à son prochain congrès, Bernard Thibault aussi; le P.S. a retrouvé une unité de façade, Sarkozy a joué en faisant coffrer quelques fafs... et pas les gauches, responsables initiaux du bordel; et Galouzeau va perdre la face, le MEDEF et la CGPME avaient déjà pris parti ce soir à 20 h.00...

Maintenant que les principaux objectifs sont atteints, les vrais agitateurs étudiants vont se retrouver seuls - ils n'ont d'ailleurs guère cessé de l'être, je vous l'avais dit mardi soir -, les flics ont ramassé des fichiers et des adresses - je vous avais prévenu jeudi soir à 20 h.00 aux locaux -, les choses vont donc se calmer.

En ce qui nous concerne, on aura pu faire le tri entre les fafs décérébrés, et ceux qui ont une culture politique.

Gare au piège du droitisme, maladie infantile du royalisme.

3 - On recommence donc les activités comme de coutûme. Et on remet en route le calendrier préparé la semaine dernière. La déconnade est terminée!

A jeudi soir,

Amitiés
B.

 

Enregistrer un commentaire

<< Home