]]>

31.5.06

Mme de Châtelet : l'expo

Exposition actuellement donnée à la Bibliothèque Nationale de France, site Richelieu
Gabrielle Emilie Le Tonnelier de Breteuil, marquise du Châtelet est une mathématicienne française, née à Paris le 17 Décembre 1706 et morte à Luneville le 10 septembre 1749. Fille de Louis Nicolas Le Tonnelier, baron de Breteuil, introducteur des Ambassadeurs de Louis XIV, Émilie eut la chance de vivre dans un milieu ouvert ; ses parents recevaient en effet le poète Jean-Baptiste Rousseau et Fontenelle dans leur salon parisien, et elle connut ceux-ci dès l'enfance. Elle doit à son père une éducation qui n'était que rarement dispensée aux filles. Dès son plus jeune âge (5 ans) son père lui enseigna le latin, et elle-même doué pour les études, apprit également le grec, l'Allemand, l'Italien et l'Anglais.

Présentée à seize ans à la Cour par son père, elle fut séduite par les plaisirs que cette vie offrait, collectionnant les robes, les chaussures, adorant les bijoux. Elle se maria le 12 juin 1725 au marquis Florent Claude du Châtelet qui la laissa vivre librement et eut, de son mari, trois enfants.

De même, de ses divers amants, Voltaire eut sur elle le plus d'influence, l'encourageant à étudier la physique et les mathématiques. Elle le rencontra en 1734 et l'accueille chez elle, dans sa propriété de Cirey-sur-Blaise en Haute-Marne. C'est lui qui la pousse à traduire Newton (scientifique), mais aussi Walter (philosophe). Voltaire lui donna le surnom de "Mme Pompom Newton"

Elle rencontre en 1746 le marquis Jean-François de Saint-Lambert, poète, et délaisse Voltaire avec lequel elle restera toutefois liée d'amitié jusqu'à sa mort, qui survient trois ans plus tard à la suite d'un accouchement, à l'âge de quarante-trois ans, mettant au monde une petite fille qui ne surviva pas.

Holligans dans les salles

Elijah Woods, notre Frodon du Seigneur des anneaux se retrouve dans le rôle d'un hooligan !

Dans la peau d'un américain ancien étudiant en journalisme , il se retrouve en Angleterre à la suite d'une erreur judiciaire qui le contraint à l'exil. L'acteur passe d'un état paisible à un état d'exaltation, il se laisse embrigader par un groupe de supporteurs anglais dont la passion pour la ballon rond tourne très souvent en batailles rangées.

Un film réalisée par Lexi Alexander, championne de Kickboxing.

Nous le verrons dès ce soir.

30.5.06

Le retour de Benoît XVI à Auschwitz

Dimanche 28 Mai Benoît XVI s'est rendu dans le camp d'extermination nazi à Auschwitz-Birkenau, lieu symbolisant le génocide des juifs d'Europe. Notre Pape s'est adressé à Dieu par une prière en allemand devant le mémorial :
" Fais que tous ceux qui vivent dans l'harmonie demeurent en paix et que tous ceux qui sont divisés se réconcilient de nouveau."

Pour Benoît XVI Auschwitz est un "lieu d'horreur" et "d'accumulation de crimes contre Dieu et contre l'homme", il demande donc en quelque sorte à demander pardon pour que cela ne se reproduise pas. Il a prié seul à l'endroit où ont été exécutés des milliers de prisonniers, avant d'y allumer une simple bougie.Il s'est ensuite rendu dans l'étroite cellule noire de Maksymilian Kolbe, un prêtre polonais mort à Auschwitz le 14 août 1941 après avoir obtenu des nazis de remplacer un père de famille condamné à mort. Ce religieux a été canonisé par Jean Paul II en 1982..

Enfin, avant de rentrer à Rome il appel les fidèles à rester fidèles gardiens de l'héritage chrétien et de le transmettre aux générations futures.

30 mai 1431

Jeanne d'Arc est brûlée sur le bûcher à Rouen pour être "relapse" et hérétique. Après avoir signé une confession une semaine plus tôt, Jeanne est apparue devant le tribunal vêtue de manière indécente, difformitate habitus, c'est à dire vêtue en homme.

29.5.06

Assas natio!


www.cjb-assas.new.fr

Marx vs Maurras

Karl Marx s’est trompé, et c’est la réalité contemporaine qui se charge de démentir ce qu’il écrivait en 1848 dans le « Manifeste du parti communiste » sur la question nationale : « Les ouvriers n’ont pas de patrie. On ne peut pas leur prendre ce qu’ils n’ont pas. […] Les démarcations nationales et les antagonismes entre les peuples disparaissent de plus en plus… ». Il n’est que de voir que ce sont justement les moins favorisés et les ouvriers qui ont fait le triomphe du Non en mai 2005 tout comme ce sont leurs votes protestataires qui, en 2002, avaient disqualifié le candidat Jospin. Et, au regard des dislocations quasi-simultanées de l’Union soviétique et de la Yougoslavie (dont il n’est pas certain qu’il faille forcément se féliciter) dans les années 90, l’idée nationale, quelles que soient les formes abusives qu’elle prend parfois, reste bien vive, source d’espérances comme de violences, protection des citoyens comme mémoire emprisonnante selon les cas : en tout cas, elle est une réalité, non seulement sentimentale, mais éminemment politique et géopolitique, comme le signale Yves Lacoste au fil de ses travaux et de ses publications. On peut le regretter ou s’en désoler mais c’est un fait, indéniable, persistant et sans doute inscrit dans l’essence des sociétés contemporaines.
Marx pensait que la conscience de classe serait plus forte que le sentiment d’appartenance à un corps national, et l’internationalisme semblait triomphant parmi les peuples et les élites au milieu du XXe siècle : ce n’était qu’une illusion temporaire, dissipée par les nationalismes des populations est- et centre-européennes qui ont « dissous » le « bloc communiste » en quelques années à la fin du siècle passé. La nouvelle utopie, « l’Europe », se heurte à la même réalité et, faute de constituer une nation à son tour, se condamne à n’être plus qu’un monstre techno-bureaucratique coupé des électorats, donc (en démocratie aussi) des peuples. Tout comme les nations ont entraîné l’implosion des Etats qui se revendiquaient « de classe » (dans la lignée des idées marxistes), elles vont sans doute provoquer l’implosion de cette Europe qui s’est bâtie sur la négation de ce que l’Histoire avait, peu à peu, enraciné au cœur des hommes et de leurs familles, ce sentiment d’appartenance à un ensemble, « leur » nation. Elles sont fort diverses, parfois antagonistes, vécues ou rêvées, mais elles apparaissent incontournables, au grand désespoir du fantôme de Marx, mais aussi de celui de Monnet… « C’est la revanche de Maurras », murmurait Régis Debray il y a quelques années… La formule, pour ambiguë qu’elle soit, est un véritable pieu enfoncé au cœur des utopies modernes…
vu sur le blog de JP Chauvin

27.05.06 Café politique de Versailles: La nation.

Café politique sur "La nation" se tiendra samedi 27 mai 2006 à Versailles : rendez-vous dans la brasserie qui se trouve à côté de la gare Versailles-Rive droite, à 16 heures.
avec Jean-PHilippe Chauvin, professeur, spécialiste du royalisme français.



Nous ajoutons dans nos liens l'adresse du blog de jP Chauvin qui anime les activités du royalisme français à Versailles, dans l'attente de voir les jeunes de son fief d'élection monter une section... Versailles en avant!

photo: les mananst du roi

28.5.06

ennemi?

Parfois l'apaisement externe est réel, mais bien souvent aussi on le croit réel alors qu'il n'est qu'illusoire. On croit qu'il n'y a pas d'ennemei externe, en fait l'ennemi est là, simplement on ne le voit pas. Et l'ennemi fait évidemment tout ce qu'il faut pour qu'on ne le voie pas! Il s'avance masqué, cultive l'art du camouflage. Ou encore, comme le renard dans la fable de La Fontaine lorsqu'il s'adresse au coq (Le Coq et le Renard), parle de paix universelle : "Paix générale cette fois.//Je viens te l'annoncer; descends que je t'embrasse". Le coq, bien inspiré, reste naturellement sur son arbre sans en bouger. Les paroles du renard le laissent sceptique. Mais il s'en faut que tous suivent son exemple. Beaucoup descendent de l'arbre et connaissent le sort qu'on peut imaginer. Le plus souvent d'ailleurs, le renard n'a pas même besoin de parler de paix universelle, car le coq lui-même est un adepte de la paix universelle. "Personne n'est assez naïf pour penser qu'un pays n'aura pas d'ennemi, parce qu'il ne veut pas en avoir", écrit Julien Freund. Non certes, mais beaucoup se refusent à l'utilisation même de la catégorie d'ennemi pour penser le politique. Pour eux, il n'y a pas d'ennemi, il n'y a que des amis. Les distinctions traditionnelles qu'on établit entre le Même et l'Autre, le compatriote et l'étranger, l'autochtone et "l'hétérochtone", etc. sont artificielles, voire dangereuses, car elles font obstacle à la fraternisation entre les humains. Il convient donc de le proscrire, à la limite même de punir ceux s'obstinant à les utiliser. Le simple fait d'en venir à opposer l'ami et l'ennemi serait en soi suspect, révélateur de tendances inacceptables (à la limite même justiciable des tribunaux).

De telles manières de penser sont fort courantes à notre époque, en particulier parmi les chrétiens, qui croient que lorsque le Christ dit qu'il faut aimer ses ennemis, cela signifie qu'il faut mettre bas les armes et renoncer à se défendre. Or, comme l'a montré Carl Schmitt, une telle interprétation de la parole biblique repose sur une confusion entre l'ennemi au sens privé (inimicus) et l'ennemi au sens public (hostis). Le Christ ne dit pas: diligite hostes vestros, mais dit: diligite inimicos vestros. Il ne se réfère donc pas à l'antagonisme politique mais aux seuls conflits de la sphère privée. "C'est dans la sphère de la vie privée seulement que cela a un sens d'aimer son ennemi", commente Carl Schmitt. Et encore: "Dans la lutte millénaire entre le christianisme et l'islam, il ne serait venu à l'idée d'aucun chrétien qu'il fallait, par amour pour les Sarrasins ou pour les Turcs, livrer l'Europe à l'islam au lieu de la défendre". Carl Schmitt disait aussi que "si une partie (du) peuple déclare ne plus se connaître d'ennemi, elle se range en tout état de cause du côté des ennemis et leur prête son appui sans faire disparaître pour autant la discrimination ami-ennemi". "Il n'est pas excessif ou irréaliste de considérer les communautés musulmanes d'Europe comme une extra-territorialité civilisationnelle et politico-juridique potentielle, directement rattachable à un Bloc islamique extérieur", écrit par exemple Alexandre Del Valle* dans un ouvrage consacré à la menace islamique en Europe.


in L'avant-guerre civile (L'Age d'Homme,1998) de Eric Werner, Diplômé de l'Institut d'Etude politique de Paris, Docteur ès Lettres.
vu sur theatrumbelli

*les travaux de Del Valle sont très inégaux en sérieux, reste que cette remarque garde toute sa portée... prophétique.

Marie Antoinette: le film de Sophia Coppola


En bien ou en mal... l'important c'est qu'on en parle...

Un film bien baroque'n roll, tout le monde est d'accord là-dessus... il y en a qui aiment d'autre moins...

Vous pouvez toujours poster vos commentaires...

Le conservatisme impossible de Huguenin

"Un livre comme celui-là, si la droite était encore la droite, on devrait en parler pendant deux ans"
Alain De Benoist
(Le Choc du Mois, Mai 2006)

1793, la Terreur obscurcit les Lumières. Début du XXIe siècle, la France demeure politiquement hémiplégique. Pourtant, dès l'origine, des voix dissidentes se sont levées pour contester l'idéologie du Progrès. Pour dire que la Révolution peut être totalitaire. Le culte démocratique, liberticide. Et la modernité, nihiliste. D'emblée, deux écoles se sont formées. Le courant libéral et le courant réactionnaire. Tocqueville, Constant, Guizot puis Aron, Jouvenel d'un côté, Maistre, Bonald, Maurras de l'autre. Sans oublier les inclassables, de Burke à Boutang. Deux mouvances qui ont lutté pour leurs idées. Deux mouvances, aussi, qui se sont ignorées, confrontées, évitées. Pour aboutir à un dialogue de sourds, souvent mené à fronts renversés. Pour aboutir à la même incapacité de fonder une commune résistance face au socialisme. Pour aboutir à un échec partagé. Voici, longtemps attendue, l'autre histoire des droites en France. L'histoire intellectuelle dont François Huguenin brosse ici, avec brio et clarté, la fresque, convoquant les hommes, les événements, les textes, les pensées, ainsi que les grands commentateurs étrangers, de Hannah Arendt à Leo Strauss. Une histoire qui explique pourquoi, contrairement aux autres grandes démocraties, un pôle conservateur n'a jamais surgi en France. Une histoire qui permet de penser avec acuité, et en toute liberté, les débats et les urgences d'aujourd'hui.


Sommaire :Deux pensées face à face
Un corpus critique de la démocratie moderne
Les insuffisances de la pensée libérale et les impasses de la pensée réactionnaire
Anatomie d'un échec : la rivalité entre libéralisme et réaction
Les conditions d'un dialogue

François Huguenin est l'auteur d'A l'école de l'Action française et, avec Pierre-Jean Deschodt, de La République xénophobe. Il poursuit ici son investigation anticonformiste de l'histoire des idées politiques

A lire: Le conservatisme impossible : Libéralisme et réaction en France depuis 1789, François Huguenin, éd Table ronde, 2006, 395 p, 21,50€

CMRDS'06 - U d'été d'Action Française! la vidéo!


CMRDS-U d'été d'Action Française Vidéo réalisée et envoyée par seb2ker pour l'atelier Fimogr'AFies
Voici la dernière réalisation du studio Filmogr'AFies, première de ses réalisations à être mise "en ligne": le studio multimédia a le plaisir de vous montrer ce clip de présentation du Camp Maxime Réal Del Sarte
Le CMRDS se déroule du 17 au 28 août au château de Lignières, en Berry à la demeure de S. A. R. Sixte-Henri de Bourbon-Parme.
Les nouvelles contraintes politiques nécessitent plus que jamais une formation irréprochable. Depuis cinquante ans, le Camp Maxime Real del Sarte se donne pour objectif de former la jeunesse patriotique, nationaliste, royaliste et les cadres politiques de demain. Loin de la médiocrité ou des insuffisances des innombrables universités d’été, le CMRDS dispense une formation polyvalente, directement applicable au sein d’une structure politique éprouvée.
Depuis sa formation en 1953, l’université d’été d’AF porte le nom du sculpteur Maxime Real del Sarte. Camelot du Roi de la première heure, il se fit remarquer pour sa participation active à la vente du journal, aux groupes de réflexion mais aussi aux bagarres de rue. Par sa polyvalence et la profondeur de son engagement, il est un modèle pour tous els militants d’AF et la jeunesse attachée à la défense de la France.
afe.new.fr

Formation, réflexion, action, amitié... autour du thème "Politique d'abord !" Ensemble, face à la démission et au désordre, bâtissons l'arche franco-Catholique pendant ce temps de formation et d'amitié française.

Une présentation en ligne ici

Une présentation audio lors du passage de notre secrétaire général Thibeau Pierre sur Radio Courtoisie pour le libre journal de Pierre Navare du 27 mai 2006 ici

Prenez contact avec nous ici

Le bulletin de présentation et d'inscription en format pdf à télécharger ici

Inscription dès maintenant! écrivez en joignant votre règelement de 120€ pour l'ensemble du séjour (chèques à l'ordre de CMRDS, tarif dégraissif en fonction de vos disponibilités). Pour tous renseignements et inscriptions: Action Francaise Etudiante et Lycéenne 10, rue croix-des-petits-champs, 75001, Paris 01.40.39.92.06

Ne gâches pas ton moi d'août tout(e) seul(e)! ... Le CMRDS c'est plus fort que la plage !!!


27.5.06

Phonogr'AF, le service audio de l'AF voit le jour

Nous vous l'avions promis... C'est chose faite!
Les conférences de l'Action Française sont maintenant disponibles!Phonogr'AF est un nouvel outil que nous mettons à la disposition de nos amis et du public afin de diffuser les enseignements et les réflexions de l'Action Française.Vous pouvez désormais entendre en ligne certaines des conférences données dans nos differents cercles et sections d'Action Française. Les conférences s'ouvrent sur un air de musique, une présentation de l'orateur, ainsi q'une brève introduction du sujet.
Pour la première conférence nous avons retenu la conférence de Philippe Champ, philosophe et journaliste, spécialiste d'Aristote, qu'il a donné devant les étudiants d'Af d'Ile de France le 10 mars 2006, sur un thème fondamental, "Politique d'abord!"
pour écouter cliquer ici: Politique d'abord!

La seconde conférence que nous avons choisi pour vous, est celle donnée par Sébastien de Kererro le 28 avril 2006 devant les étudiants du Cercle Jacques Bainville d'Assas (et de ses environs) sur le thème brûlant d'actualité du "Choc des mémoires". Repentances, esclavage, "Indigènes de la République", mémoire de la Guerre, souvenir arménien et négationisme turc, tensions franco-algérienne... autant de sujets relevant du morcellement des mémoires concurentes...
Pour écouter cliquez ici: Le Choc des mémoires

attention ! attendez, le chargement peut prendre une minute ou deux...

Albator 78: le Corsaire de l'espace


Albator 78
Sur mer ou au large des naines bleues, nous seront corsaires!

Carton rouge pour les traficants de femmes!

Du 9 juin au 9 juillet 2006, 3 millions de spectateurs, constitués en majorité d’hommes, sont attendus pour la coupe du monde de football en Allemagne. Reseaux maffieux, "nouveaux russes", Turcs ou Albanais en ont profité pour construire un gigantesque complexe de prostitution pour « accueillir » ces consommateurs. On estime à 40.000 le nombre de femmes qui vont être importées d’Europe de l’Est. Alors que l’Europe affirme lutter pour la dignité de la personne, de nouvelles formes de trafic et d’exploitation de masse voient le jour.
Non à l'exploitation sexuelle des femmes! Non aux nouveaux esclavagistes!
Non au tittytainment*! Non aux jeux du cirque moderne!
A l’appel de nombreuses associations:
Manifestation près de l’ambassade d’Allemagne jeudi 8 juin à 19h30
Rdv Métro Franklin-Roosevelt

*brouet de "prestations" sociales, de divertissement, d'abrutissement et de sexe que les élites mondialistes, à commencer par Z. Brezinsky, fondateur de la comission Trilatérale destinent aux masses de semi-chômeurs produits par la "mondialisation heureuse".

Se souvenir de travers ?

Lu dans le Ouest-France du 22 mai 2006, le "coup de gueule" de l'historien Jean-Pierre Rioux, intitulé "Arrêtons de nous souvenir de travers !". "A force de valoriser le "devoir" de mémoire, nous ne savons plus saisir l'âme de la France."
"Le devoir de mémoire est, en effet, devenu à géométrie si variable que nous apostrophons le passé comme s'il devait toujours être tenu pour criminel."
"Comment en sortir ? Comment renouer avec le "principe de succession qui, seul, force à penser le monde ? Comment retrouver l'homme perspectif, celui qui tend vers un projet ? Comment retrouver l'allégresse d'un saint Augustin quand il découvrit que le temps passé, présent ou à venir, était d'abord une promesse en marche et en actes, un renouveau, un dépassement ?"
J-P. Rioux, in Ouest-France, Lundi 22 mai 2006.
Nous répondrions volontiers que pour s'en revenir vers une telle perspective, intimement liée, à l'idée de "réconciliation nationale", il faut songer au Roi, garant de l'unité de la nation dans toutes ses composantes, garant, aussi, d'une unité "historique" par la transmission et l'hérédité ...
A méditer en ces temps totalitaires d'historiquement (et tristement) correct ...

vu sur sr-breizh-uhel, la section royaliste de haute-Bretagne

26.5.06

clandestins



(source: Voxgalliae)
L'esclavage- le traffic de chair humaine- a retrouvé un nouvel essor avec le départ des puissances coloniales: la misère et le boum démographique et migratoire se combine pour faire le malheur des "indigènes" (sic) et le nôtre. Il faut que ces traffics inhumain cessent, que ce soit sous leur forme hard avec l'immigration clandestine ou soft avec l'immigration "choisie"... Les hommes ne sont pas amovibles et corvéables a souhait... la vénalité des uns fait écho à l'utilitarisme des autres... ni subie, ni choisie! inversion des flux migratoires! Recouvrons nos frontières et notre souveraineté! Retrouvons nos souverains!

25.5.06

AF: La grande époque (fin 80' début 90)'




Toi aussi rejoins l'Action Française!
01.40.39.92.06

Metropolis


Metropolis (bande annonce)
vidéo envoyée par seb2ker

La science fiction est porteuse de significations symboliques, mythologiques, métaphysiques voire politiques... Ici les thèmes croisés de Pygmalion, de la nouvelle Eve, de la technique, la biopolitique urbaine... revoir ce chef-d'oeuvre et le méditer...

24.5.06

Nos Maîtres: Dominique de Roux

Pour relire notre article cliquez sur l'image ou ici

Gallo, Makine, Lacoste... la nation une idée d'avenir

«Fier d’être français » de Max Gallo, ancien conseiller du président socialiste Mitterrand, et « Cette France qu’on oublie d’aimer » de l’écrivain d’origine russe Andreï Makine, prix Goncourt 1995. Cela complétera la lecture de Marc Bloch, de Charles Maurras, d’Yves Lacoste, etc., sur ce même thème. D’autre part, je poursuis ma lecture des textes de Nicolas Portier, ce jeune théoricien du néo-royalisme des années 90, et en particulier cet article paru dans la revue « Réaction » dans l’été 1993 et intitulé « Qu’est-ce qu’une nation ? » dans lequel il tente une définition de la nation adaptée aux défis de la mondialisation, défis autant économiques que politiques et civilisationnels.

J’ai lu les deux ouvrages achetés samedi, celui de Makine comme celui de Gallo : ils étaient d’ailleurs faciles à lire, écrits d’une plume leste, parfois chargée de colère, mais toujours d’amour, de cet « amour sacré de la patrie » que ces deux écrivains, l’un immigré russe, l’autre fils de réfugiés antifascistes italiens, éprouvent pour la France. Max Gallo cite abondamment Marc Bloch, Simone Weil (philosophe qui me semble incontournable, en particulier sur les thèmes de la liberté et de l’enracinement), et aussi Albert Camus, tandis que Makine cite Léon Daudet, tout en se défiant d’en accepter les idées politiques.
Néanmoins, le Café politique portera sur la nation, non sur le seul plan sentimental ou du « vécu » individuel de l’un ou de l’autre, mais sur le plan théorique et sur le plan pratique plus général, sur le plan politique proprement dit. Je vais relire ce soir les écrits d’Yves Lacoste, spécialiste de géopolitique, qui défend une conception « de gauche » de la nation, et ceux de Thierry Maulnier, considéré dans les années trente comme le « fils spirituel de Maurras », et qui a écrit un ouvrage intitulé « Au-delà du nationalisme » fort intéressant sur ce sujet.
Pour en revenir à ma réflexion personnelle sur la nation, je pense que la conception jacobine de la nation stérilise la « nation vivante » en la transformant en une idéologie et en un « unitarisme » qui confond « unité » (nécessaire, vitale même, car sans elle, pas de nation qui tienne dans l’Histoire) et « uniformisation » (dévitalisante car négligeant les déclinaisons provinciales de l’unité nationale et le principe de la formation même de la nation). Entre la conception d’une nation qui « incorpore » des provinces et des cultures sans les nier mais en s’imposant à elles comme le « plus vaste des cercles communautaires », et celle d’une Nation (avec un « N » majuscule, impérial…) qui refuse les différences et les méprise au risque de provoquer, en réaction, l’affirmation des séparatismes (qui se veulent eux-mêmes « nationalismes »…), je choisis ce qui a longtemps été la pensée et la pratique des Capétiens, et qui pourrait se résumer en une formule : « les républiques françaises sous le patronage de l’Etat central ». Ce que les légistes royaux traduisaient en latin par la formule « Sub rege, rei publicae », indiquant par là-même que c’est le roi qui permettait aux communautés et à leurs franchises d’exister, de respirer librement.
Voici juste quelques bribes de réflexion, fort incomplètes bien sûr, sur ce sujet de la nation qui est presqu’inépuisable…
vu sur le blog de JP Chauvin

23.5.06

Christophe de Ponfilly s'en est allé

Christophe de Ponfilly, 'né le 5 janvier 1951) est décédé le 16 mai 2006 à l'âge de 55 ans. Il était auteur, réalisateur, producteur documentariste et l'un des journaliste français les plus atypique de sa génération. Il a également fondé l'agence de presse Interscoop.
Il a réalisé plus d'une quarantaine de reportages et de documentaires, dont plusieurs sur l'Afghanistan et le commandant Massoud, dont il pouvait dire sans rougir qu'il était son ami. Il est également l'auteur de nombreux ouvrages comme Massoud l'Afghan (1998), Vies clandestines (2000), une série de portraits des "Afghans" français, médecins, infirmières, aventuriers, partis aider le peuple afghan lors de sa lutte contre le Moloch soviétique, ou encore de Lettre ouverte à Joseph Kessel, sorte de cri de colère et dialogue intime avec son devancier, où il confie son désespoir de fin connaisseur du royaume afghan, navré à mort suite au déluge d'inepsies et de crimes qui a fait suite au bombardement de la côte est-américaine du 11 septembre 2001.
Christophe de Ponfilly venait de réaliser son premier film de fiction pour le cinéma, L'étoile du soldat, relatant les aventures d'un jeune soldat russe contraint d'effectuer son service militaire en Afghanistan. Fait prisonnier, il découvre le véritable visage de ceux qu'il est censé combattre. Ce film devrait sortir en France en automne 2006, le livre associé au film vient de paraître aux éditions Albin Michel.

Avant le 11 septembre, Christophe de Ponfilly avait accepté le principe d'un entretien avec nous pour la revue Les Epées, prévues pour le 28 août 2001, alors que l'Afghanistan était un pays à la dérive qui n'interressait personne, nous avions pu en discuter au téléphone et il nous disait alors ce que prédisaient tous les connaisseurs du pays, à commencer par Massoud qui résistait au pouvoir Taliban: l'Afghanistan pourrait devenir le trou noir de la politique mondiale... Retenu aux Etats-unis dans les premières semaines de septembre, ildevait rentrer le 12 ou 13 septembre, et nous devions faire cet entretien, que finalement il nous donna par téléphone malgré son deuil cruel et le fait que toutes les télévision de la galaxie voulaient l'avoir sur leurs plateaux...

Lorsque Massoud est mort, je vous écrivais, cher Christophe, par le biais d'un article dans l'A.F. sur votre dernier livre d'alors, que ma génération connaitrait deux tragiques impossibilités: celle d'être comptée au nombre de vos "Afghans", vos french doctors, et celle de connaître Massoud, le Lion du Panchir, maintenant que vous avez rejoint votre ami, je me permets d'ajouter qu'en nous quittant si jeune vous m'interdisez de devenir votre ami... le temps nous aura manqué, malgré quelques rencontres souvent riches, toujours émues...
Adieu Christophe. A Dieu.

Entre autres dizaines de distinctions, Prix Albert Londres, 1985

Choix de films: Massoud et la délégation de l'espoir
Vies clandestines, nos années afghanes
Paris by night (France), dans la collection «Aux p'tits bonheurs, la France»
Monsieur le Rabbin (France), dans la collection «Aux p'tits bonheurs, la France»
Massoud, l’Afghan
La Jeanne s’en va-t-en mer
L’Ombre blanche au pays des Papous (Francescci en Indonésie)
Les derniers Pirates
Naître, des histoires banales mais belles
Nos enfants de la patrie
Antoine Blondin (France), dans la collection "Un siècle d'écrivains"
Une autre façon d'être blanc (Zimbabwé)
Les damnés de l'URSS et Soldats perdus (Afghanistan, Canada)
Une vallée contre un empire (Afghanistan)

22.5.06

Cercle hebdomadaire d'Assas


Cette semaine, les étudiants royalistes d'Assas ferons le point sur l'importance de la géopolitique ainsi sur la situation mondiale actuelle.

http://www.cjb-assas.new.fr

21.5.06

Le roi lion - soyez pretes


Le roi lion - soyez prete
Vidéo envoyée par seb2ker

Extrait du Roi Lion des studios Disney plein de leçons sur les rapports entre Régicide Révolution et totalitarisme...

Le principe de la légitimité y est illustré... en contraste.
C'est un morceau de bravoure sur le camp de la Révolution, sur la subversion et sa tendance atavique à conspirer contre l'ordre juste, gage de nos libertés. "Vous mangerez à votre faim" promet le socialiste, avant d'en promettre plus encore... Savoureux mélange de menaces et de lendemains qui chantent... Violence et mensonge... tout y est!

Pas "catholiques" les Irlandais?

Dublin: La police irlandaise a procédé samedi soir à l'évacuation des Afghans qui s'étaient réfugiés depuis dimanche dans la cathédrale St Patrick de Dublin, et avaient commencé une grève de la faim dans l'espoir d'obtenir l'asile.
Alors qu'ils avaient menacé de se suicider si les forces de l'ordre intervenaient pour les déloger, la quarantaine de demandeurs d'asile ont été évacués sans heurts de la cathédrale, aucun blessé n'ayant été signalé.
Le ministre irlandais de la
Justice, Michael McDowell, a félicité la police pour avoir "mis fin à cette situation avec succès et pacifiquement, dans des circonstances difficiles".
Il a ajouté que les adultes du groupe avaient été arrêtés, alors que huit individus identifiés comme des "mineurs non-accompagnés" ont été placés en institution. Il a justifié le refus du gouvernement de négocier avec les Afghans, en arguant qu'une démocratie ne pouvait tolérer pareil chantage.
"Aucune faveur ou exception ne peut être accordée à ceux qui tentent d'aller à l'encontre du système en agissant de la sorte", a-t-il déclaré. Les personnes arrêtées devaient être présentées devant un tribunal dans la nuit.


(source: AP via Yahoo)

L'Afrique contre l'immigration choisie!

«Le Sénégal consacre 40% de son budget à l'éducation. Je vais former des cadres et ils vont développer l'économie française ! Je vais vous envoyer la facture pour que vous me remboursiez l'argent que j'ai dépensé. La France est libre de définir sa politique mais je proteste contre ce système», lançait mercredi à Paris le président Sénégalais Aboulaye Wade
(...) Dans l’avion qui l’amenait au Mali, Nicolas Sarkozy a reconnu qu’il y avait « du vrai » dans la déclaration du président, mais expliqué que les bénéficiaires de cartes «compétences et talents» devraient s'engager à rendre à leur pays une partie» de ce qu’ils auront appris en France, en retournant travailler dans leur pays d’origine au bout des trois ans. Autre proposition formulée par le ministre dans le but d’amadouer des dirigeants Africains encore hostiles à sa loi, la possibilité d’«exonérer, en tout ou en partie, de l'impôt sur le revenu les immigrés qui travaillent en France et qui envoient l'essentiel de leurs revenus dans leur pays d'origine».
Ca c'est pas une prime à l'immigration?

Banzaî!

20.5.06

Jeanne interdite (1991)


Jeanne 1991
Vidéo envoyée par seb2ker
défilé de Jeanne d'Arc 1991

19.5.06

31.05.06 Réunion publique à Marseille: la France en crise

Notre société connaît la plus grave crise de la Cinquième République :
Rejet massif de la constitution européenne approuvée par toute la classe politique et médiatique, Emeutes des banlieues, agitation anti-CPE : l’autorité de l’Etat est bafouée, Affaire Cleastream : gouvernement ridiculisé.
Les Français ne sont ni représentés, ni entendu. La Constitution française est à terre.
La France a besoin : d’une représentation non idéologique et organique du pays réel, d’un gouvernement qui ne soit pas continuellement obsédé par la prochaine élection, d’un chef d’Etat indépendant des partis qui ait du temps pour préparer les réformes nécessaires.
Venez écouter les analyses et les solutions des royalistes.
Réunion publique : « la France en crise » Mercredi 31 mai à 18h45 Salle du World Trade Center de Marseille
2 rue Henri Barbusse (à côté du Centre Bourse)
Fédération Royaliste Provençale :
fedroyprov@club-internet.fr 06-14-78-04-98
Jeunes Royalistes de Provence :
provence.royaliste@gmail.com 06-64-78-27-39

Face à la crise de l'Etat et de la société, il faut oser autre chose: le roi, pourquoi pas?

Devoir de mémoire! Commémo de l'esclavage barbaresque

A l'heure où Bouteflika répand ses mensonges sur un prétendu "génocide culturel" de l'Algérie, que la presse d'Alger quant à elle nous accuse du génocide de 4 millions et demi d'Algériens, que le communautarisme noir nous demande des repentances unilatérales venant justifier et excuser l'immigration et ses violences, que le mensonge et le fanatisme se répandent sous couvert de bons sentiments...

A 17 heures plage du Mourillon, anse mistral, un grand rassemblement est organisé par le collectif, pour la "Commémoration de l'esclavage barbaresque" dont l'A.F. est membre, afin de:
commémorer le départle 25 mai 1830 du corps expéditionnaire français, qui a pacifié la Méditerranée et libéré Alger, se souvenir du million d'esclaves chrétiens capturés par les pirates barbaresques, demander l'abrogation de la loi "Taubira" qui impose un devoir de mémoire pour la seule "traite négrière".
Intervention de S.A.R. Sixte Henri de Bourbon-Parme, descendant de Charles X et de Attab Pacha descendant du Bey d'Alger.
Venez nombreux.

lou blog dou Countea De Nissa: Pèr lou Rèi

http://sectionroyaliste-nice.over-blog.com

Bravo les Niçois! avec vous pour des Provinces libres dans une France Monarchique, pour une Europe indépendante...

18.5.06

La raison des nations de Pierre Manent

Hier, conférence de Pierre Manent à la Nouvelle Action Royaliste de Renouvin en présence de plusieurs de nos camarades... Interressante, quant àla critique de la religion de l'humanité qui obsède l'époque et lui interdit l'accès au réel. En criminalisant les critères d'inclusion et d'exclusion qui fondent les groupes humains: nationalité, frontières, cultures, la religion de l'humanité barre la route du politique... Cette réduction de l'homme à ce qu'il à de commun, ce culte du semblable, du mimétique, ce paradigme synthétisé au temps des "Lumières" et en grande partie réalisé est considéré comme la seule valeur spécifique de l'Europe, d'où son incapacité à sortir des bavardages "sans frontières"...
L'Europe comme projet postnational, l'Europe nuageuse de la démocratie de marché...
Interessant, Pierre Manent reste meilleur à l'écrit qu'à l'oral... c'est pourquoi nous recommandons sa lecture. La philosophie libérale n'est jamais aussi interressante que lorsqu'elle se débat dans ses contradictions... Lorsque vint le temps des questions, et que nous demandâmes au conférencier s'il s'agissait de sortir de la métaphysique des "Lumières" afin d retrouver le politique et sa "prose des jours", ce dernier a montré les limites des meilleurs Tocquevilliens, refusant d'envisager l'avenir autrement que comme une poursuite "historiciste", "fataliste" du présent... Il nous rétorqua que sortir des "Lumières" serait "hasardeux", laissant entendre qu'il n'y a pas d'amour, de culture, de paix et d'état de droit hors des fredaines de Rousseau et de Voltaire... ce qui nous laisssait pantois...


"Où en sommes-nous ? Nous voici pris entre notre vieille nation que nous ne voulons pas quitter et l'Europe nouvelle que nous espérons rejoindre sans savoir comment. A un gouvernement représentatif tend à se substituer une 'gouvernance démocratique' qui ne nous gouverne ni ne nous représente. Nous voyons sans nous émouvoir notre existence politique se défaire parce que nous sommes en proie à l'illusion d'une humanité unifiée qui pourrait tenir ensemble en se passant de toute forme politique. Et il y a longtemps que nous ne savons plus que faire de la religion. Comment donner sens à cette crise de notre existence commune ? Pierre Manent interroge l'histoire, récente et lointaine, de la nation ; la manière dont elle a accueilli et nourri la démocratie ; et comment son effacement menace aujourd'hui cette démocratie même. Il met en évidence la situation paradoxale de la religion dont on ne cesse d'annoncer la fin imminente alors même que les séparations religieuses organisent de plus en plus notre paysage politique. L'Europe ne peut rester longtemps encore cette zone dépressionnaire où l'on a peur de son ombre."

17.5.06

Bien envoyé !

Sans trop savoir ce que cela voulait dire, François avait longtemps été « païen ».
Il l’avait été sans doute assez largement par goût vaniteux et infantile de la rupture affirmée et de la différence exhibée… Certainement aussi par appétence pour la légère odeur de soufre et l’image iconoclaste et décalée que ce vocable drainait derrière lui. Et puis le flou de cette expression n’obligeait pas à grand-chose, ce qui était plutôt confortable… Se saouler était un « hommage à Bacchus », se soumettre à ses pulsions sexuelles était « dionysiaque »... etc… Il pouvait ainsi mener la vie la plus parfaitement dégénérée qui soit, rigoureusement identique à celle de tous les autres pitoyables pantins de sa génération, tout en se pensant farouchement « différent », en estimant qu’il était ainsi fidèle à une fumeuse « longue mémoire » et qu’après tout les vikings ne se seraient pas mieux comportés… Il avait aussi été attiré vers les halos de cette étrange et complexe spiritualité par intérêt pour des analyses et des questionnements intellectuels dont il ne réfutait nullement aujourd’hui tout l’apport et l’acuité.
Pure construction volontariste, ce « paganisme » proclamé n’avait néanmoins jamais été ni charnel, ni simplement ressenti ou concrètement et intimement vécu. Une artificielle coquetterie de moderne enivré par un désir de rupture. Un dandysme facile lorsque l’on se veut inclassable alors qu’on est simplement égaré.
Qui d’ailleurs pouvait prétendre vivre au au quotidien ce fameux « néo-paganisme » que l’on voyait surtout s’exacerber à l’occasion des grandes bacchanales des solstices ? Avait-on inventé la divinité du photocopieur pour remplacer celle des semences, de la terre, de l’âtre et de la moisson dont la plupart des thuriféraires du renouveau païen étaient aujourd’hui généralement tant éloignés par leur milieu social comme par leurs activités professionnelles ?
François était arrivé à un âge où l’on ne peut plus lutter contre l’évidence. Il était catholique. Catholique par chaque fibre de son corps, par chaque composante de sa culture, des ses valeurs, de sa morale, de ses goûts et de ses espoirs…
Avait-il la foi ? Il ne savait… Mais il pleurait dans les églises, admirait les cathédrales, voyait dans les dogmes d’indispensables facteurs d’ordre social et de tentative d’élévation de la nature humaine, et les vies les plus dignes qu’il avait pu observer ou approcher étaient baignées d’un intense catholicisme sans prosélytisme ni prétention.
Etre catholique, il savait ce que cela signifiait, ce que cela induisait, ce que cela exigeait...
On s’y tient où l’on ne s’y tient pas (et énormément de prétendus catholiques ne s’y tiennent pas ce qui pouvait expliquer le recul nauséeux et méprisant qu'il avait pu avoir au premier abord…).
Il était catholique.
Il ne s’agissait nullement d’une « démarche », d’un « parcours » ou d’une « volonté » mais d’un simple constat, une évidence longtemps combattue qui finissait par triompher car il ne pouvait en être autrement. Il était catholique. Cela ne l’amusait vraiment pas, cela l’inquiétait même beaucoup et l’agaçait plus encore…
Mais il n’y pouvait rien.

vu sur A trop courber l'échine

A lire, à faire lire...

« Il faut bien que quelqu'un monte sur le ring et dise : « je suis fier d'être français » (...) Ils veulent que la France s'agenouille, baisse la tête, avoue, fasse repentance, reconnaisse ses crimes et, tondue en robe de bure, se laisse couvrir d'insultes, de crachats, heureuse qu'on ne la « nique » qu'en chanson et qu'on ne la brûle que symboliquement chaque nuit ! Il est temps de redresser la tête, de hausser la voix, de monter sur le ring… et de boxer à la française ».

Sans complaisance pour personne, sans langue de bois ni interdits, à contre-courant du politiquement correct, Max Gallo peint son tableau de la France d’aujourd’hui...

Ancien militant communiste et ex-député PS, Max Gallo, revenu à la foi de ses pères nous livre, avec Fier d’être français un excellent petit livre pour initier à l'amour de la patrie nos proches frileux ou timorés... A faire tourner!

Les Epées n°19...


Politique
Libertés pour tous, par Jean-Baptiste Barthélémy
Pipi citoyen, par Serge Degrim
Les casseurs de la république, par Jean-Baptiste Barthélémy

Spiritualité
Devenir de la religion civile américaine
Entretien avec Jean-François Colosimo

Société
Retour des steppes
Entretien inédit avec Sylvain Tesson

Place royale
Les Français contre l'histoire, par Antoine Clapas

FANTASMES DU COMPLOT
L'idée du complot à l'âge démocratique, par Frédéric Rouvillois
Rhétorique et énergétique du complot, par Antoine Foncin
L'affaire Cousteau, par Alain Raison
Méfiez-vous des Grecs, par Arnaud Odier
Extrémistes et comploteurs - Entretien avec Christophe Bourseiller
Le complot et le conspirationnisme en librairie, par E. Equilbecq
Le complot, nécessité moderne, par Christophe Boutin

Nos humanités
Augustin et Pelage, par Jean-Marie Salamito

BD
Par Philippe Mesnard & Hector Nissac

16.5.06

Honneur à Jeanne!

photo: lesmanantsduroi.com
Le très beau temps qui a éclairci nos rangs: beaucoup de nos amis étaient absents, partis en vilégiature... les marriages estivaux commencent et obligent certains à manquer ce rendez-vous annuel essentiel... Pourtant le cortège traditionnel de Jeanne d'Arc fut très réussit!

La compagnie de nos amis venus des diverses provinces de France (Forez, Champagne, Lyonnais ect...) et de nombreux "anciens" de la génération Maurras firent cette année de "la Jeanne" un véritable moment d'amitié entre les générations et une occasion de rencontres inespérées...
Nous marchâmes derrière L'Impératrice Vin Thui, veuve de Bao Daï, si belle et emprunte de noblesse, derrière S.A.R Sixte-Henri de Bourbon-Parme, qui une fois encore c'est montré très soucieux de parler à la jeunesse de France, le Duc d'Anjou, Charles-Phillipe d'Orléans revenu de la jungle brésilienne où il a vaillament défendu les couleurs de l'Ordre Hospitalier de Saint Lazare, tout sourire sous son bronzage, en toute simplicité, l'eurodéputé Paul-Marie Coûteaux et diverses personnalités souverainistes, dont Pierre Pujo, et nos amis fidèles et industrieux au servces de la Cause et de nos Princes, Marc du Sable et Bertrand Lambert.
Après notre victoire au référundum sur la Constitution européenne, ce cortège traditionel fut l'occasion de rendre grâce à la Sainte de la Patrie de nous avoir exhaussé... et de se souvenir des combats passés et des camarades disparus (Vladimir Volkoff, toujours fidèle, était encore des notres il y a juste un an...) mais aussi d'envisager les rendez-vous prochains comme le CMRDS 2006, et les combats à venir contre la marée du Chaos et la tentation de l'Abandon et de la résignation...
Le message de Son Altesse Royale Sixte-Henri de Bourbon-Parme est des plus éloquants:
« Votre défilé maintient une tradition nécessaire à l’image de Jeanne et aussi nécessaire à l’espérance… Grande combattante, Jeanne d’Arc fût le socle de la légitimité de la royauté » Chinon…
« Il y a un phénomène extraordinaire chez Jeanne. Elle a été la Convaincue de l’invraisemblable. Elle avait le sens de la bataille, de la victoire. Elle était la seule à pouvoir mener le Roi au sacre de Reims ! Après Jeanne, la monarchie française devient aussi une monarchie mystique. Fille aînée de l’Eglise, la France devient la Sœur aînée de tout l’Occident. L’exemple qu’elle nous a donné n’est pas éteint. »
Et Son Altesse Royale de conclure, toujours en avance d’une bataille :
« Si des reliques de notre Sainte étaient retrouvées, c’est à Saint-Denis qu’elles devront reposer, auprès de nos rois. Elle est aussi notre souveraine ! Et si ce n’est pas Saint-Denis, alors à Reims, le tabernacle de notre espérance ! »

" Sous le signe de Jeanne d'Arc, continuons le combat !"

15.5.06

AF Breizh Uhel


Visitez le nouveau blog de la jeune section royaliste de Haute-Bretagne: sr-breizh-uhel.hautetfort.com


www.cjb-assas.new.fr

13.5.06

Tous au Camp Maxime Réal Del Sarte 2006!

Université d'été d'Action Française du 17 au 28 août 2006 au Château de Lignières, en Berry, en présence de notre hôte, S.A.R. Sixte-Henri de Bourbon-Parme
Formation, réflexion, action, amitié... autour du thème "Politique d'abord !"
Ensemble, face à la démission et au désordre, bâtissons l'arche franco-Catholique pendant ce temps de formation et d'amitié française.

Une présentation en ligne ici
Prenez contact avec nous ici

Inscription dès maintenant! écrivez en joignant votre règelement de 120€ pour l'ensemble du séjour (chèques à l'ordre de CMRDS, tarif dégraissif en fonction de vos disponibilités). Pour tous renseignements et inscriptions:
Action Francaise Etudiante et Lycéenne
10, rue croix-des-petits-champs, 75001, Paris
01.40.39.92.06

Ne gâches pas ton moi d'août tout(e) seul(e)! ...
Le CMRDS c'est plus fort que la plage !!!


11.5.06

Morale et migration

Le paragraphe 2241 du Catéchisme de l'Église catholique donne un résumé substantiel et clair :
"Les nations les mieux pourvues sont tenues d'accueillir autant que faire se peut l'étranger en quête de sécurité et des ressources vitales qu'il ne peut trouver dans son pays d'origine. Les autorités politiques peuvent, en vue du bien commun dont elles ont la charge, subordonner l'exercice du droit d'immigration à diverses conditions juridiques, notamment au respect des devoirs des migrants à l'égard du pays d'adoption. L'immigré est tenu de respecter avec reconnaissance le patrimoine matériel et spirituel de son pays d'accueil, d'obéir à ses lois et de contribuer à ses charges." Ce paragraphe se trouve dans la deuxième section de la troisième partie, consacrée aux dix commandements ; il est précisément rattaché au quatrième commandement - "Honore ton père et ta mère" - au sein du chapitre sur l'amour du prochain ; et il fait partie de la série de prescriptions qui concernent les "devoirs du citoyen". Il est ainsi situé dans une perspective précise.

Le droit personnel de migrer, dérivé du droit d'aller et de venir, n'est pas absolu et ne confère certainement pas celui de s'installer n'importe où selon son bon plaisir et en violation des lois du pays où l'on se rend. Il est même clairement assorti d'une triple obligation (respect de la loi, respect du patrimoine et contribution aux charges du pays d'accueil) dont l'exécution est susceptible, a contrario, de conditionner l'exercice.
L'obligation d'accueil s'adresse d'abord à chacun d'entre nous, là où il habite et envers les étrangers qu'il côtoie, pour être pratiquée de façon concrète, avant que de constituer le principe directeur d'une politique publique (...) mais faire bon accueil à l'étranger qui est là ne préjuge ni de son droit antérieur à s'installer, ni des conditions qui pourraient lui être imposées à juste titre : les trois choses ne se situent pas sur le même plan.(...)
Quant à l'État enfin, lorsqu'il encadre l'immigration, s'il ne doit pas attenter aux droits fondamentaux de la personne humaine ni soumettre le candidat à des tracas humiliants ou indûment discriminatoires, il a également le devoir de veiller à ce que ce même candidat ait une chance raisonnable de s'intégrer dans la communauté nationale par son travail et par sa capacité à participer à la vie commune, (...il doit apprécier la capacité à s'ouvrir dans de bonnes conditions. De plus, il n'a pas moins l'obligation de prévenir par des dispositifs préventifs adéquats, puis de réprimer si nécessaire, les abus ou les trafics auxquels les mouvements migratoires peuvent donner lieu.

source: Décryptage de la Fondation de Liberté Politique.

10.5.06

Dimanche 14 mai 2006: Cortège Traditionnel de Jeanne d'Arc

*
Rv pour une journée "portes ouvertes" d'information sur l'Af le Samedi 13 Mai 06 de 13h à 16h00...
Venez nombreux!!

Ni choisie, ni subie! Recouvrons nos frontières! Inversons les flux migratoires!

L’économiste et professeur Jacques Bichot, dans une étude "Immigration : Quels coûts pour les finances publiques", publiée récemment sous l’égide de l’Institut Thomas More, évalue à un minimum de 24 milliards d’euros en rythme annuel la facture de l’immigration, soit plus de la moitié du déficit budgétaire français.
Pour calculer le coût de l’immigration, Jacques Bichot passe en revue 7 secteurs de la vie sociale, à savoir : ” justice et maintien de l’ordre, système scolaire, enseignement supérieur, protection sociale, services publics, transports, faits mafieux. ”

"n’ayant trouvé aucun poste pour lequel la différence aille dans le sens de coûts moindres du fait de la présence de populations immigrées et issues de l’immigration, nous ne pratiquerons pas la langue de bois et parlerons tout simplement de surcoûts". L’immigration, loin d’être une "chance pour la France" est une charge insuportable au vu de l'état général du pays...
pour ce qui regarde l'école: "la présence d’une proportion notable d’élèves qui, mal insérés socialement du fait de leur origine, réagissent de façon agressive ("la haine, la rage") amène bon nombre de jeunes autochtones mal dans leur peau à faire de même, si bien que les malaises et les révoltes […]s’expriment de façon plus brutale et plus perturbatrice pour l’activité pédagogique". En matière"d'emploi": "un million d’allochtones inactifs ou chômeurs à la charge des cotisants nationaux".
"Le projet de loi (Sarkozy) présenté aujourd’hui est le cinquième en dix ans… Cela suffit à dire à quel point la France se cherche une politique d’immigration satisfaisante. Cela suffit à dire, nous le croyons fermement, à quel point la France se cherche tout court…"
Lire et télécharger ce rapport au format pdf ici

Journée de commémoration de l'esclavage: plutôt l'histoire que la "mémoire", toujours sélective et... oublieuse

L'esclavage a été universellement pratiqué de la Chine à l'Egypte, des empires aztèques ou Incas à la Grèce de Périclès et la Rome de César, par les peuples d'Europe, d'Asie, d'Afrique et d'Amérique. Il a été une constante durant des millénaires. C'est le Christianisme, et lui seul, appyué sur le bras de nos rois qui sur les plans anthropologiques économiques et politique a enclenché la reconnaissance de la dignité humaine, discréditant d'emblée et marginalisant peu à peu cette pratique. Dans la foi au Christ, il n'y a plus désormais "ni Juif, ni Grec, ni esclave, ni homme libre, ni homme, ni femme", car ils sont tous "un en Christ Jésus"' (St Paul, Gal.3,28). L'abolition de l'esclavage en France à été décrétée par Sainte Bathilde, fille de Clovis et de Clothilde.
Jusqu'en 1830, quiconque était capturé par les Barbaresques en Méditerranée finissait ses jours comme esclave en Afrique du Nord ou au Proche-Orient, si un ordre religieux comme les spiritains ne parvenait pas à le racheter. Une des causes de la Prise d'ALger était la lutte contre la piraterie des barbaresques qui vivait d'une économie prédatrice et esclavagiste: le premier résultat fut la libération de dizaines milliers d'esclaves chrétiens. L'enlèvement des fils de chrétiens dans les Balkans alimentera le corps d'élite des Janissaires, esclaves à des fins militaires et administratives et sexuels du Grand Turc. L'esclavage inter-africain sévissait partout et c'étaient des négriers africains qui vendaient "le bois d'ébène" aux Arabes et aux Européens. La Traite arabereprésente un volume supértieur à la Traite européenne. Si les pays d'Europe et les Etat-Unis ont aboli l'esclavage sous ses formes anciennes, la Révolution "Française" et les totalitarismes qu'elle a enfantés l'ont rétabli plus atrocement: esclavage des femmes et des enfants lors de la révolution industrielle, auquel répondra l'oeuvre émancipatrice des Catholiques sociaux, esclavage des camps de concentration nazis, esclavage communiste de 1920 à nos jours dans les milliers de camps du Goulag et du Lao Gaï. L'esclavage dure toujours, dans bien des pays d'Afrique noire comme dans bien des pays musulmans, jusque dans nos palaces grand luxe de la Côte d'Azur ou de Paris où des jeunes filles Philippines ou Malaises sont esclaves de Princes pétroliers... que dire dela prostitution des trotoirs du monde entier... et du travail salarié?

Lire: Paul Lafargue, le droit à la paresse en ligne ici
O. Pétré-Grenouilleau, Les traites négrières : essai d'histoire globale, Gallimard, 2004, 468 p, 32 €
J. Heers, Les Négriers en terres d'islam : La Première traite des Noirs, Perrin, 2003, 303 p, 21€
L. Lagartempe, Histoire des Barbaresques, Editions de Paris, 2005, 294 p, 23€
J. Heers, Esclaves et domestiques au M-A dans le monde méditerranéen, Hachette, 1996, 300 p, 10€
Simone Weil, La Condition ouvrière, Gallimard, 2002, 522 pages, 7€

8.5.06

Néo-quoi?

Si vous êtes désireux de comprendre la politique américaine, venez écouter un spécialiste des néo-conservateurs vous parler de ces intellectuels, ces universitaires, ces analystes et éditorialistes groupés autours de quelques revues, qui ont bouleversé le paysage politique américain et influent sur l'administration Bush après l'avoir fait réélire... www.cjb-assas.new.fr

8 mai 1945: Dresde de Herbert Smagon et Berlin "libérée"

Après 20 ans de terreur national-socialiste, l'Allemagne est "libérée" par les Soviétiques et les Anglo-américains... si on avait écouté les appels dans le désert d'un poète martégal, beaucoup de ces peines auraient pu être épargnées...

4.5.06

Un islam français? et si on essayait... vraiment.

Dans un récent article paru dans « Le Point » (jeudi 20 avril 2006), Dalil Boubaker rappelle cette position éminemment politique : « Il existe en France un véritable islam national et patriotique de par le sang versé des musulmans durant la Première Guerre mondiale. Un amour de la patrie aussi fort que celui de Maurras ou de Barrès ». Ce n’est d’ailleurs pas la première fois qu’il fait ainsi référence à cet « amour maurrassien » de la France : il l’évoquait récemment dans un article du « Monde », et il affirmait à l’automne dernier la nécessité d’un « islam nationaliste français » pour faire face au risque de dérive islamiste de certains jeunes des « banlieues chaudes ».

vu sur le blog de Jean-Phillippe Chauvin

Politique d'abord!

"Quand nous disons « politique d'abord », nous disons la politique la première, la première dans l'ordre du temps, nullement dans l'ordre de la dignité. Autant dire que la route doit être prise avant que d´arriver à son point terminus ; la flèche et l'arc seront saisis avant de toucher la cible ; le moyen d'action précédera le centre de destination."
ici un commentaire sur ce "trésor de l'Action française"

ici le texte de Mes idées politiques de Charles Maurras en ligne

toi aussi aide un clando !

J'ouvre l'oeil...

Pour la patrie j'ouvre l'oeil... et le bon...
Je lis la presse du nationalisme intelligent !
action francaise
insurrection
alternative
les épées

Immigration choisie?

Voici l’extrait choisi par l’éditeur pour la quatrième de couverture de Comment immigrer en France en 20 leçons, oeuvre satirique du jeune romancier Luc Bassong:
" J’ai cru entendre qu’il faudra présenter une collection de diplômes pour être considéré comme un cerveau et avoir le droit d’immigrer en France. C’est oublier que tous nos chefs d’Etat sont des analphabètes docteurs d’Etat. Si je me décide, chaque jour de la semaine, je peux moi aussi passer un doctorat avec mention " très honorable ", pour peu que je graisse la patte à l’imprimeur. Lundi, je serais docteur en physique nucléaire, mardi, docteur en littérature générale et comparée... Je connais même une femme illettrée qui a eu tous ses diplômes, de l’école élémentaire au troisième cycle, le même jour de la même année. L’imprimeur avait oublié de changer la date du tampon. "
"Ce premier roman nous donne à voir le vrai visage de l’immigration, avec une liberté de ton surprenante et un humour salutaire". Tu m'étonnes !