]]>

30.11.06

Banquet des amis de l'AF dimanche 3 décembre à la Mutualité !

Sous la présidence de Pierre Pujo
Avec la participation de S.A.I. la princesse Vinh Thuy et de S.A.R. le prince Sixte-Henri de Bourbon-Parme

En présence de : colonel (c.r.) Patrick Barriot ; Gérard Baudin, professeur d’université ; Stéphane Blanchonnet, vice-président du CRAF ; Alexandre Boritch, délégué d’A.F. en Bourgogne ; Jean-Philippe Chauvin, professeur d’histoire ; Michel Fromentoux, directeur de l'Institut d'Action française ; Élie Hatem, avocat à la Cour ; François Leger, écrivain ; général (c.r.) Jacques le Groignec, président de l'A.D.M.P. ; Houchang Nahavandi, ancien recteur de l'université de Téhéran ; André Pertuzio, organisateur de la manifestation étudiante du 11 novembre 1940 ; Thibaud Pierre, secrétaire général des étudiants d’A.F. ; René Pillorget, professeur émérite de l'université d'Amiens.

À 12 h 30, Palais de la Mutualité, 24, rue Saint-Victor, 75005 Paris
Métro Maubert-Mutualité – Autobus : ligne 63. Parkings : place Maubert et boulevard Saint-Germain

Stands variés, dédicaces d’auteurs, etc.

Inscription obligatoire (nombre de places limité)
Adultes : 39 euros ; lycéens et étudiants : 20 euros ; enfants : 15 euros.

Réservez dès maintenant auprès de l’Action française, 10, rue Croix-des-Petits-Champs, 75001 Paris en joignant un chèque à l'ordre de la PRIEP.

Renseignements : 01 40 39 92 06

26.11.06

[Paris - 28.11.06] Café politique assassien


site internet: www.cjb-assas.new.fr

24.11.06

Jean-Pax Méfret en concert exceptionnel à Paris

Sarkozy totalitaire ! Ni émeutes ni Etat policier !



Programme des conférences du vendredi

24 novembre : "Musique et politique" par Ph. Champ.
1er décembre : "Le Tribunal Pénal international" par le colonel P. Barriot
8 décembre : Projection et débat autour du film "Servir" d'Hélie de Saint-Marc

22.11.06

Le nouveau numéro d'Insurrection viens de paraître !


Si vous souhaitez recevoir Insurrection gratuitement par pdf, veuillez renvoyer un mail à : insurrection.af@gmail.com

Si vous souhaitez recevoir Insurrection chez vous en version papier pendant un an, veuillez nous envoyer votre demande, accompagnée d'un chèque de 10 € à l'ordre du CRAF, par courrier à : Insurrection - 10, rue Croix des Petits Champs - 75001 Paris

21.11.06

Armes de destruction massive? Rappellez-vous...


A leur manières les Simpson demandent: Où sont passées les armes de destruction massive?

La journée ss achat c' bien, le carême de l'Avent c' mieux!

20.11.06

De la guerre et de la nation comme ennemis publics

Qu’on le veuille ou non, nous aurons un gouvernement mondial. La seule question est de savoir si l’on y aboutira par le consentement ou par la force. » - James Paul Warburg

Bush Jr., dans une conférence qui à fait date, prononcée à l’académie militaire de West Point en 2002, annonçait la fin imminente des Etats nations au profit de vastes zones de gouvernance globale, et répétait la contre-vérité selon laquelle les nations sont intrinsèquement polémogènes, opinion pourtant longuement réfutée par Raymond Aron dans Guerre et paix entre les nations...

Cercle Pierre Boutang de St E.

19.11.06

Notre nationalisme par Pierre Lafarge

Le NON au référendum du 29 mai dernier a procédé de désirs plus ou moins conscients d’un retour à la nation.

Néanmoins il demeure, même chez les souverainistes déclarés, une réticence à se réclamer du nationalisme. Cette réserve provient essentiellement d’une méconnaissance des véritables fondements du nationalisme français et de confusions qu’il est urgent de dissiper.
Il existe deux versions libérales du nationalisme, deux modes d’érection de la nation en individu : le nationalisme jacobin, qui postule l’égalité de toutes les nations et le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, quelles qu’en soient les conséquences, fussent-elles les plus catastrophiques, le nationalisme allemand ensuite, qui est un impérialisme, un panisme (1) (le “pangermanisme"). Nous récusons ces deux formes d’expression nationale, qui portent en elles des germes pouvant se révéler désastreux.

Faux modèles
Il faut d’abord écarter le modèle allemand, la nation organiciste, fondée sur le sang et la culture, d’Herder et de Fichte (Discours à la nation allemande), qui est une vision forgée dans un objectif politique précis : le pangermanisme. Elle postule que les nations sont des individus puisque comme le résume Louis Dumont, « Herder transforme l’individualisme […] au plan d’identités collectives ». L’Allemagne devient pour Fichte la seule vraie patrie (Heimat), le seul vrai peuple, destiné qu’il est à guider l’Humanité.
Comme l’écrivait Maurras, qui refusait, lui, de déifier la nation : « On a vu d’autres nations se décerner le rang divin, une déesse Rome, une déesse France, une sainte Russie, se loger elles-mêmes dans la niche sacrée. Elles n’ont rien à voir avec l’apothéose, que dédia Fichte à la sienne, l’endemain d’Iéna, pendant qu’il y avait un gouverneur français à Berlin.
Aucune nation n’aura prétendu comme celle-ci aux attributs exclusifs du Dieu unitaire et métaphysique, de l’absolu juif et chrétien ; seule, la mère Germanie aura survolé Olympe ou Walhalla pour s’asseoir au plus haut des cimes en se proclamant l’Identique au vrai, au beau et au bien. Ne parlons pas du Messianisme d’un peuple de Dieu, le modèle juif est encore dépassé, disons : le Peuple-Dieu ». On sait sur quelles conséquences terrifiantes et meurtrières ont débouché ces théorie allemandes au XXe siècle.
Notre nationalisme ne procède pas non plus, n’en déplaise à Jean de Viguerie, de la vision jacobine et abstraite de la nation-contrat, issue en droite ligne de Rousseau et de Siéyes, que rejoint Ernest Renan dans sa célèbre conférence Qu’est-ce qu’une nation ? (1882) lorsqu’il fait de la nation « un plébiscite de tous les jours ». Cette définition jacobine, volontariste et idéologique de la nation conduit là encore à une absolutisation dont s’est toujours gardée l’école contre-révolutionnaire.
Ces deux formes de nationalisme dévoyé s’accompagnent de principes destructeurs de l’ordre international : le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes et le principe des nationalités, tant défendus par Napoléon III et qui furent si utiles à Hitler dans l’affaire des Sudètes. On en a encore récemment vu les conséquences dramatiques en Yougoslavie. Nous ne sommes pas égalitaristes, donc nous ne nous voilons pas la face : toutes les nations ne se valent pas et le fait que certaines n’accèdent pas à la souveraineté (comme dans l’empire austro-hongrois) peut éviter bien des malheurs à leurs propres membres.
Un État peut avoir des droits et des devoirs historiques sur des régions à fort particularisme. C’est le cas en France : Corse, Bretagne, Alsace… Parler de “nationalisme corse” est donc une aberration journalistique. Ce ne sont pas des nationalistes mais des séparatistes.


Synthèse maurrassienne
Le nationalisme de Maurras est issu, via la médiation de son ami Frédéric Amouretti (2), de la définition de la nation comme communauté politique formulée par l’historien Fustel de Coulanges (3) dans sa lettre à Mommsen d’octobre 1870, à l’occasion du débat sur l’appartenance nationale de l’Alsace : « Ce qui distingue les nations, ce n’est ni la race, ni la langue. Les hommes sentent dans leur cœur qu’ils sont un même peuple lorsqu’ils ont une communauté d’idées, d’intérêts, d’affections, de souvenirs et d’espérances. Voilà ce qui fait la patrie. »
Une communauté politique, ne se décrète pas, elle se constate. Pour Maurras la nation constitue « le plus vaste des cercles communautaires qui soient, au temporel, solides et complets » (depuis la disloquation de l'oeucumène chrétien par la funeste révolution stato-nationale luthérienne...ndlr).
La nation est ici une communauté historique et politique naturelle. Il serait dangereux pour ses membres de la remettre en cause, puisque ce serait se détacher du réel au profit d’utopies dont la construction européenne est le meilleur exemple.
Pour Maurras, la nation demeure la voie d’accès privilégiée à l’universel : « Pour rêver à la monarchie universelle et pour s’élever jusqu’à la sphère métaphysique de la Cité de Dieu, Dante n’en est pas moins l’exact citoyen de Florence ; Sophocle l’Athénien et Sophocle l’universel ne sont pas deux figures contraires qui s’excluent mais bien le même personnage. Et ainsi de Goethe à Weimar, dans la mesure où ils atteignent le génie classique. »
Loin d’être un enfermement, l’enracinement national est une condition d’ouverture de l’homme au monde. Comment apprécier les autres cultures nationales si on ne connaît pas d’abord la sienne ? L’appartenance nationale est une, mais pas la seule, des identités constitutives de la personne humaine.

Accès à l’universel
La particularité du nationalisme maurrassien est d’avoir articulé nationalisme et royalisme en un “nationalisme intégral” c’est à dire à la nécessité pour la nation française de retrouver un régime monarchique seul garant à long terme, du salut public. Il a expliqué ce cheminement dans Pour un jeune Français (1949) : « La France, l’Unité française, Unité de quoi ? Unité de langue ? De bons Français, Alsaciens, Flamands, Bas-Bretons, Basques, Corses différaient de langue. La langue d’oc était une langue française, il y en avait au moins deux ! L’unité de langue nous manquait donc. Notre race était-elle une ? Moins encore, de toute évidence. La religion ? Non plus […] Nous ne pouvions pas nous fier, comme l’aurait voulu Renan, à l’arbitraire de nos volontés conscientes : elles laissaient à la merci de reniements et de rupture la chose même qu’il s’agissait d’en préserver ; la plus forte habitude de la vie commune ne sauverait pas d’un divorce. Où donc placer une sauvegarde de l’Unité nationale qui rende compte de ses droits et de nos devoirs ?
J’entrevoyais bien ce qui me satisfaisait mal. Notre longue fraternité pouvait ne pas sortir d’une cause unique comme la langue, la race, la religion, mais résulter de la convergence de leurs accords successifs, capitalisés. Encore fallait-il trouver le principe de l’ordre de ces accords ! ». Ce principe, Maurras le trouvera dans le lent et acharné travail politique de nos rois, véritable matrice millénaire du fait national français.
Maurras n’a eu de cesse de critiquer le nationalitarisme (terme forgé par René Johannet) c’est à dire le nationalisme offensif, expansionniste et idéologique. Son nationalisme reste exclusivement défensif. Jamais l’Action française n’a réclamé l’annexion de la Wallonie, de la Suisse romande ou du Val d’Aoste (ce qui nous distingue de certains souverainistes jacobins) ! Elle n’a en revanche jamais transigé sur la défense de nos départements et territoires d’Outre-mer, qu’un déjà long passé commun unit à la métropole.
Classique, politique, réaliste, notre nationalisme n’a pas à rougir de ses fondements. À nous, royalistes d’Action française, d’expliquer et de démontrer à nos camarades souverainistes qu’il est de salut public. La véritable restauration de la souveraineté française sera acquise lorsque l’héritier des Capétiens sera monté sur le trône, lorsque la monarchie sera à nouveau instaurée en France.

(1) Panisme : terme forgé par les géopoliticiens pour caractériser une volonté de rassemblement politique sur un critère identitaire fort : panarabisme, panslavisme, panturquisme…
(2) Frédéric Amouretti (1863-1903) fut le secrétaire de Fustel de Coulanges avant de rédiger avec Maurras la Déclaration des félibres fédéralistes puis de collaborer à la Revue grise d’Action française.
(3) Sur Fustel et l’A.F. lire François Hartog, Le XIXe siècle et l’Histoire. Le cas Fustel de Coulanges, PUF, 1988.
L’Action Française 2000 - 28 juillet 2005

Maurras le Chaos et l'Ordre Stéphane Giocanti sur France Inter

Il est indispensable de se familiariser avec notre histoire... quoi de plus commode que d'écouter une émission radio? ... Attention le journaliste fait de perfides remarques à vous de les isoler

Le pseudo-antiracisme s'enracine dans l'enseignement de l'ignorance

vu sur in-nocence.org

"on a voulu que l'éducation soient égalitaire : c'est fait, personne n'apprend plus rien. "

"Ce que je sais en revanche, mais avec certitude, c'est qu'une culture vivante, au sens plein du terme, ne se serait jamais accommodée du triomphe de l'antiracisme, au sens et dans la consistance qu'il a revêtus parmi nous. Un peuple qui sait ce qu'il est - disons «qui connaît ses classiques» -, n'accepte pas de mourir parce qu'on le lui demande, ne consent pas à disparaître pour renaître vidé de lui-même, ne se résigne pas sans résistance à se fondre dans une masse violente, certes, mais officiellement indifférenciée, qui de lui ne conserve un moment que le nom, et ce n'est qu'une humiliation de plus. Un peuple qui sait sa langue, qui connaît sa littérature, qui se souvient de sa civilisation et qui garde en son sein une classe cultivée, des élites (mais certes pas dans la pitoyable acception que les nouveaux maîtres ont donné à ce mot), un tel peuple ne se laisse pas mener à l'abattoir sans se révolter, ni même ne se laisse expliquer sans broncher qu'il n'est pas un peuple, et qu'il n'en a jamais été un."

18.11.06

Aix In Corpore Sano



Aix in Copore Sano est un temps de formation physique destiné aux jeunes patriotes de Provence. Il a lieu une fois par semaine et complète la formation politique dispensée dans le cadre de cercles et de conférences.

contact: aixcorporesano@gmail.com

Commémoration du 11 novembre 2006

Samedi 11 Novembre, les étudiants parisiens d'AF étaient bien présents en haut des Champs-Élysées pour rendre hommage aux soldats morts pour la France et commémorer la manifestation des étudiants contre l'occupant en 1940. André Pertuzio qui organisa cette manifestation en tant que Président de la Corpo de droit, prit la parole pour apporter un témoignage émouvant de ce premier acte de Résistance en France, manifestation hautement symbolique, qui criait déjà « Vive la France Libre », comme les étudiants d'Action française d'aujourd'hui qui appellent de leur voeux une France libérée de la république et de ses sbires.

Rebellion vs République

15.11.06

Meeting de l'AFE - 11 Novembre 2006


Cette année encore, les étudiants d'AF s'étaient donnés rendez-vous en plein Quartier Latin pour une réunion publique, visant à développer et expliquer les axes essentiels de la campagne nationale qu'entendent bien mener les étudiants d'AF cette année, sur le thème: « Sortons de la Matrice Républicaine ». Les différents intervenants ont successivement pris la parole pour délivrer par des biais différents un même message qui résonnait fort dans la salle : « Vive le Roi ! ». Jean-Philippe Chauvin, ouvrait le bal en démontant scrupuleusement le « mythe républicain », en étayant son argumentation d'exemples basés sur le réel, il montrait ainsi une véritable ardeur à faire la distinction entre le pays réel et le pays légal. Puis Pierre Hillard nous exposait les grands enjeux internationaux à venir, les dangers venant de Bruxelles, ainsi que de certains « Think Tank » américains qui souhaiteraient imposer un morcellement du monde en plusieurs blocs, composés de régions faisant fi des réalités nationales. Sébastien de Kererro quant à lui pointait du doigt les dérives dramatiques de la politique politicienne, et rapelait combien le totalitarisme républicain détruisait les libertés; il nous rapelait également à quel point nous sommes déjà modelés par Big Brother, et que pour sortir de cet endoctrinement il nous fallait à tout prix sortir de cette Matrice Républicaine. Quant à Thibaud Pierre, il insistait sur le fait que l'espoir de sortir de cette république reste possible, que « l'Insurrection royaliste est avant tout une révolution des esprits. », et que pour la mener à bien nous devons nous engager réellement dans la lutte contre celle-ci, et pour cela joindre ses forces au mouvement politique qui aujourd'hui va plus loin. Pour conclure Olivier Perceval nous démontrait comment la république aimait peu ses enfants, et comment nous n'étions plus considérés que comme des consommateurs; il asséna des vérités qui firent vibrer la salle, rappelant que le Royaume de France était encore sous nos pieds, qu'il s'agissait d'espérer tant que des royalistes sauront garder dans leur coeur et sous leurs pieds le beau Royaume de France. A la fin du meeting, les nombreux participants se levèrent pour chanter la Royale, et à cet instant on aurait pu croire que tous les morts d'AF revenaient à la vie pour partager l'espoir de cette jeunesse royaliste, qui semble bien décidée à mettre à bas cette république qui plus que jamais met à mal sa Nation et son peuple !

Edito N°12 de la Gazette de la Maison Royale de France

Cet été la chasse a débuté le 15 août ! Pourquoi ce plaisir de tuer ? Le désir de prouver que l'Homme est de race supérieure ; mais à qui et à quoi, si nous nous comportons comme des sauvages ? Or, chez nous niche un couple de ramiers, entre autres oiseaux qui n'ont pas peur de nous approcher. À la tombée de la nuit, des plaintes, des gémissements : un des ramiers, seul près de son nid pleurait à sa façon l'être aimé qu'un imbécile lui avait fauché d'un coup de fusil. C'est la première fois que j'entends un oiseau pleurer…Dans notre monde sans repères, une autre chasse, la chasse à l'Homme, une guerre est en train de se dérouler avec sa cohorte de drames humains terrifiants. Mais des véritables enjeux, nul n'en veut parler. Certes Israël aimerait récupérer ses soldats raptés par le Hezbollah. Certes cette composante chiite avec ses instructeurs nord-coréens demeure une épine dans une plaie ouverte au nord d'Israël, et tant qu'elle existe, Israël croit ne pas pouvoir trouver la paix. Certes aussi nous ne pouvons confondre les peuples, qui ont le droit de vivre, avec leur gouvernement.Mais en dépit de la protection de « l'Empire », Israël s'est contenté, son véritable objectif atteint, d'arrêter les frais. Sinon c'eût été ouvrir la boîte de Pandore, livrant le jeu aux démons d'une guerre totale entre l'Islam radical et l'Occident et à plus long terme, entre les Chiites persans et les Sunnites arabes.L'eau est le véritable enjeu stratégique pour la vie et la survie des populations de cette partie du Moyen-Orient.Sans pour autant utiliser les armes, il existe d'autres moyens pour contraindre un peuple à fuir ses maisons, à s'exiler de ses terres. Soyons plus subtils que les Serbes qui se sont livrés naïvement au Kosovo, à une épuration ethnique sauvage, alors, petit peu par petit peu, privons d'eau les Palestiniens.La première étape donc fut de contrôler le « robinet » des eaux de surface, comme les fleuves Jourdain et Latina, dès juin 1967, en prenant position sur le Golan. Dans la foulée, Israël confie la régulation de l'eau à l'autorité militaire, interdisant toute nouvelle infrastructure ou construction liée à l'eau. Enfin, en décembre de la même année, Israël s'empare de toutes les ressources en eau de la Palestine, les déclarant propriété d'Etat !En 1982 la société Mekorot créée précédemment par l'Agence Juive et le Fond National Juif, prend le contrôle de la ressource souterraine en eau de la Palestine. Des puits palestiniens sont détruits ou bien asséchés par des forages à grande échelle et à grande profondeur, et ce, pour le seul usage des Israéliens.Mais restons humains tout de même…Les quotas en eau vendus aux Palestiniens seront réduits à 10% des eaux pompées à partir des puits en Cisjordanie, et si vous êtes confrontés à des avaries ou des fuites dans votre réseau de distribution, il faudra attendre la semaine des quatre jeudis pour pouvoir y porter remède. Par ailleurs, les soldats israéliens seront fortement incités à s'exercer au tir… sur les citernes des Palestiniens.Dans le processus de paix engagé à Oslo en 1993, Israël a écarté le thème de l'eau de l'accord final, institutionnalisant de facto le contrôle total sur la consommation et sur la planification de cette précieuse ressource, rendant le système de répartition, non seulement inégalitaire, mais proche du génocide. Et qui peut le souhaiter ? Et l'Occident, sous la pression de l'«Empire», n'a pas osé broncher.La 26ème mission de protection du peuple palestinien en 2002, n'a pu qu'admirer les vertes collines des colonies juives dans la vallée du Jourdain côtoyant des espaces caillouteux et désertifiés occupés par les Palestiniens. L'agriculture palestinienne est passée de 24% du produit national brut en 1960 à 10% vingt ans après. Le prix de l'eau ne cesse d'augmenter en Palestine, privant les hôpitaux de cette denrée vitale; ainsi de graves problèmes d'hygiène se font jour parmi cette population réduite à la misère et livrée à la haine.Les divers conflits au Moyen-Orient sont exacerbés par un enjeu vital dans cette région aride : l'eau. La répartition des eaux de surface comme celle des eaux souterraines est devenue source de tension entre Israël et la Palestine, mais également entre les Israéliens, les Turcs et leurs voisins Syriens et Irakiens, tout comme entre l'Egypte, l'Ethiopie et le Soudan.Les véritables enjeux du troisième millénaire ne sont, en effet, plus la détention d'énergie fossile qui tendra à s'épuiser pour disparaître, mais bien « l'or bleu », sa possession, son exploitation et sa distribution. Contrairement, aux métaux précieux et aux épices, on ne pourra jamais se priver d'eau.Lorsqu'on examine les bilans des spécialistes, on est en droit d'avoir peur, car déjà plus d'un habitant sur six - sur notre planète - n'a pas la chance de pouvoir tourner le robinet et profiter de l'eau courante. Un milliard deux cent millions d'êtres humains n'ont pas accès à l'eau potable.En déstabilisant durablement l'Irak, seul puissance agricole, industrielle et militaire du Moyen-Orient qui aurait pu contenir l'hégémonie persane et celle des Chiites au détriment des Sunnites, l'«Empire» a indiqué ses choix, permettant à la Perse d'émerger dans le jeu de cette poudrière, mais également à la Turquie de mieux contrôler le débit du Tigre, et particulièrement celui de l'Euphrate.Quand à Israël, en détruisant les infrastructures aquifères du Liban et en prenant position sur les sources du Jourdain et du Latina, il a déplacé dans le temps la solution de son problème.Lors de la guerre du Golfe en 1991, l'«Empire» avait demandé à la Turquie de bloquer le cours de l'Euphrate vers l'Irak. Ankara avait répondu : « Vous pouvez utiliser notre espace aérien et nos bases pour bombarder l'Irak, mais nous ne leur couperons pas l'eau ».La coopération inter-nations concernant l'eau peut et doit examiner, et l'accord de 1987 entre Turcs, Syriens et Irakiens doit être maintenu au nom des droits acquis. Quand au projet d'aqueduc égyptien amenant l'eau du Nil vers Israël et Gaza, il devrait non seulement être fortement soutenu par les instances internationales, dont la France, mais recevoir toute l'aide qu'il mérite.À l'image de ce que les Maures avait mis en place au Moyen-Âge, « le tribunal de l'eau » à Valence, il conviendrait pour réguler les litiges modernes du Moyen-Orient de suivre cet exemple pour contraindre chaque partie à respecter la vie d'autrui.L'un des grands enjeux des années à venir se devra d'interdire que quiconque, fut-ce l'«Empire», puisse avoir une mainmise totale, soit militairement, soit par le truchement des multinationales de l'eau, sur une ressource vitale à laquelle chacun doit avoir droit, et encore moins que cette mainmise potentielle devienne une forme de chantage pour la survie d'une population. C'est pourquoi il est nécessaire de rendre la gestion de l'eau au domaine public décentralisé, plus proche des êtres humains et du terrain.Il faudra se battre aussi pacifiquement que possible pour l'eau. Il faudra aussi se battre parfois contre elle, comme nous le rappellent les dramatiques inondations dans le Sud-est de la France. Cela devrait faire partie des objectifs prioritaires de l'aménagement de notre territoire. L'ancien ministre, Monsieur Brice Lalonde, lors de « rencontres pour l'eau », disait : « Laissons aux fleuves et aux rivières leur liberté, leurs méandres et leurs marécages. En revanche, il convient de ralentir la vitesse de ruissellement des eaux qui, en cinquante ans, a été multipliée par deux, du fait des barrages, des canalisations et de l'extension du macadam ».Comme on fait la part du feu, il faudra savoir faire la part de l'eau.

Henri, Comte de Paris, Duc de France Paris, le 15 octobre 2006

14.11.06

Racaille en France : c'est pourtant pas compliqué

Zemour en grande forme!
Tout est dit...

13.11.06

Et ça continue...encore et encore..

On connaissait son anticléricalisme viscéral, son pseudo-humanisme dégoulinant, son anti-capitalisme creux; on saura désormais que Costa-Gavras, à l'heure ou la France brûle, n'hésite pas à cracher sur le pays qui l'a accueilli* ni à attiser le feu de la guerre civile latente.

Ainsi sortira le 15 novembre prochain Mon Colonel, un film écrit et produit par cet "artiste engagé". Il y est question de la torture pratiquée par l'armée française** durant la guerre d'Algérie et d'un jeune officier entraîné malgré lui dans ces agissements.
Konstantinos justifie son film: "Mon colonel est un film sur le passé autant que sur le présent. Le présent ne finissant pas d'être prégnant du passé il était indispensable d'associer l'un à l'autre, psychologiquement, historiquement, politiquement (...) Nous avons pensé qu'un film axé uniquement sur le passé risquait d'être anesthésiant, aussi délétère que l'absence de film. Il accélérerait le travail de l'oubli déjà instauré. Les victimes sont toujours parmi nous et les responsables le sont aussi (...) La présence de ce passé est une constante dans la vie politique et sociale de notre pays. La récente loi sur " les bienfaits de la colonisation ", la stèle célébrant l'OAS, des assassins, sont autant de preuves que notre pays continue à être contaminé, hanté, blessé par cette période. Aujourd'hui, dans d'autres pays ont lieu les mêmes horreurs commises par des " colonels " et des démocrates comme il y en avait dans la France d'alors."
On pourra lui faire le crédit de la sincérité. Mais a contrario ils nous est impossible de ne pas relever l'imbécilité la plus complète de ce qui se veut être une analyse politique. La situation de la France est telle que chaque polémique appelant repentance de sa part à l'égard de populations immigrés ou issues de l'immigration dont la propension à la criminalité est statistiquement attestée, ne fait qu'augmenter la haine d'une partie d'entre eux, loin, très loin, à des années lumières même, d'une chimérique "réconciliation fraternelle".
Vous avez aimé Indigestes, vous adorerez Mon colonel. Pendant que la bienpensance se félicite que "le cinéma français ose à nouveau s'attaquer à des sujets sensibles", on brûle des bus, passagers inclus, et on "nique la France sur un air de tendance populaire"***.
En espérant qu'un jour viendra où les traîtres paieront.
PV.
*Konstantinos Costa-Gavras est né à Athènes dans une famille d'origine russe. Il s'est installé à Paris en 1951 et a obtenu la nationalité française en 1968.
** Ben oui, qui d'autre ?
*** Sniper - La France

8.11.06

Passons la vitesse supérieure

6.11.06

Aspects de la France d'aujourd'hui...

Eléments d'information tirés d'articles parus dans la presse française nationale et régionale quotidienne, hebdomadaire :

- Saviez-vous que de jeunes musulmanes réclament d'être exemptées des cours de sport et de biologie, tout en étant non pénalisées pour leur examen ? (Source : Nouvel Observateur)

- Saviez-vous que des musulmanes exigent et obtiennent des horaires qui leur sont exclusivement réservés à des piscines municipales ? (Source : Revue politique)

- Saviez-vous que des étudiants musulmans, prenant comme excuse la loi de la laïcité, réclament et obtiennent le retrait des sapins de Noël, dans différents établissements scolaires, jusque dans les maternelles ? (Source : Le Parisien)

- Saviez-vous que des musulmans réclament des salles de prières dans les collèges, lycées et universités, ce que n'ont jamais exigé les autres religions ? (Source : Le Figaro)

- Saviez-vous que des musulmans réclament une révision de nos livres d'histoire pour y intégrer l'histoire de leur pays et de leur religion ? (Source : Nouvel Observateur)

- Saviez-vous que dans nos manuels scolaires, vont être supprimées toutes références à Charles Martel ou autre Jeanne d'Arc, afin de ne pas froisser les français musulmans ? (Source : Le Monde)

- Saviez-vous que des musulmanes exigent de pouvoir pratiquer des métiers publics (administration, hôpitaux, écoles, justice) avec un tchador ? (Source: Le Monde, Le Figaro)

- Saviez-vous que des musulmanes voilées et étudiantes en médecine exigent de ne soigner que des femmes ? (Source: Le Monde, Le Figaro)

- Saviez-vous que des médecins se sont fait tabasser pour avoir soigné des femmes sans le consentement de leurs maris musulmans ? (Source : Le Monde, Le Figaro)

- Saviez-vous que le "sauvageon" nommé Djamel ayant brûlé vif une jeune fille, Sohane, s'est vu acclamé par une foule de religieux dans sa cité du Val-de-Marne lors de sa venue à la reconstitution des faits ? (Source : JT de France 3)

- Saviez-vous que les jeunes Noirs et musulmans ayant brûlé vif un vigile de race blanche d'un supermarché à Nantes (en 2002) n'éprouvent aucun remords et sont fiers d'eux ? (Source : Témoignage de l'avocat dans Ouest France)

- Saviez-vous qu'un manuel de bonne conduite "Le licite et l'illicite en Islam", vendu en France depuis 10 ans, explique comment un bon musulman doit frapper sa femme : "Avec la main", "sans fouet" ni "morceau de bois", et "en épargnant le visage" ? (Source : L'Express)

- Saviez-vous que des milices islamiques patrouillent dans les rues d'Anvers et d'ailleurs pour "surveiller les mauvais flics blancs racistes" et appliquer leur propre loi ? (Source : Libération)

- Saviez-vous que des nouvelles lois vont obliger la police, l'armée, et la fonction publique en générale à embaucher en priorité des "jeunes issus de l'immigration" et que 35 entreprises dont France télévision, Peugeot ou encore le groupe alimentaire Casino ont signé un contrat de préférence étrangère pour l'embauche de leur personnel ? (Source gouvernementale et syndicale)

- Saviez-vous que dans des lycées, des musulmanes "enfilent leur manteau avant d'aller au tableau afin de n'éveiller aucune convoitise", "que dans des écoles primaires des pères musulmans refusent que leurs fillettes soient laissées dans la classe d'un instituteur remplaçant l'institutrice", qu'une école a dû organiser un sas, sans fenêtres, pour reconnaître les mères, voilées de la tête au pied, avant de leur rendre leurs enfants ? (Source : Le Monde 09/07/04)

- Saviez-vous que dans des écoles primaires, des élèves sont allés jusqu'à instituer l'usage séparé de deux robinets des toilettes, l'un réservé aux "musulmans", l'autre aux "Français" ou qu'un responsable local du culte musulman a demandé de prévoir des vestiaires séparés dans les salles de sport, car, selon lui, "un circoncis ne peut se déshabiller à côté d'un impur" ? (Source : Le Monde 09/07/04)

- Saviez-vous que d'après une étude livrée à la ministre de la défense, Michèle Alliot-Marie, à la question posée : "En cas de conflit, seriez-vous prêt à vous engager pour défendre la nation ?" Sur dix jeunes de l'immigration, sept répondent non, deux préfèrent rire et se taire et un seulement répond oui ou peut-être ? (Source : Le Point 13/01/2005)

Vous êtes prévenus . "L'art de la guerre, c'est de soumettre l'ennemi sans combats" Sun Tzu (L'art de la guerre)
SOURCE : Arnaud de ROBERT Rédacteur pour Theatrum Belli

Insurrection : LE RETOUR

Zoulous dans le métro

5.11.06

Meeting des étudiants d'AF - 11 Novembre



11 novembre
envoyé par Doumenge_Mistral

Rendez-vous à 17 H : Salle Chaptal - 4, place Saint Germain des Prés - 75006 Paris

Métro Saint Germain des Prés

Rammstein - Amerika

Rammstein - Amerika
Mondialisation? Piège à con!

3.11.06

Néo-muscadins!

2.11.06

Ta France à toi ?

Diam's - Ma France à moi
Ma France à moi elle parle fort, elle vit à bout de rêves,
Elle vit en groupe, parle de bled et déteste les règles,
Elle sèche les cours, le plus souvent pour ne rien foutre,
Elle joue au foot sous le soleil souvent du Coca dans la gourde,
C'est le hip-hop qui la fait danser sur les pistes,
Parfois elle kiffe un peu d'rock, ouais, si la mélodie est triste,
Elle fume des clopes et un peu d'shit, mais jamais de drogues dures,
Héroïne, cocaïne et crack égal ordures,
Souvent en guerre contre les administrations,
Leur BEP mécanique ne permettront pas d'être patron,
Alors elle se démène et vend de la merde à des bourges,
Mais la merde sa ramène à la mère un peu de bouffe, ouais.
Parce que la famille c'est l'amour et que l'amour se fait rare
Elle se bat tant bien que mal pour les mettre à l'écart,
Elle a des valeurs, des principes et des codes,
Elle se couche à l'heure du coq, car elle passe toutes ses nuits au phone.
Elle parait faignante mais dans le fond, elle perd pas d' temps,
Certains la craignent car les médias s'acharnent à faire d'elle un cancre,
Et si ma France à moi se valorise c'est bien sûr pour mieux régner,
Elle s'intériorise et s'interdit se saigner.Non...
{Refrain: x2}
C'est pas ma France à moi cette France profonde
Celle qui nous fout la honte et aimerait que l'on plonge
Ma France à moi ne vit pas dans l' mensonge
Avec le coeur et la rage, à la lumière, pas dans l'ombre
Ma France à moi elle parle en SMS, travaille par MSN,
Se réconcilie en mail et se rencontre en MMS,
Elle se déplace en skate, en scoot ou en bolide,
Basile Boli est un mythe et Zinedine son synonyme.
Elle, y faut pas croire qu'on la déteste mais elle nous ment,
Car nos parents travaillent depuis 20 ans pour le même montant,
Elle nous a donné des ailes mais le ciel est V.I.P.,
Peu importe ce qu'ils disent elle sait gérer une entreprise.
Elle vit à l'heure Américaine, KFC, MTV Base
Foot Locker, Mac Do et 50 Cent.
Elle, c'est des p'tits mecs qui jouent au basket à pas d'heure,
Qui rêve d'être Tony Parker sur le parquet des Spurs,
Elle, c'est des p'tites femmes qui se débrouillent entre l'amour, les cours et les embrouilles,
Qui écoutent du Raï, Rnb et du Zouk.
Ma France à moi se mélange, ouais, c'est un arc en ciel,
Elle te dérange, je le sais, car elle ne te veut pas pour modèle.
{au Refrain, x2}
Ma France à moi elle a des halls et des chambres où elle s'enferme,
Elle est drôle et Jamel Debbouze pourrait être son frère,
Elle repeint les murs et les trains parce qu'ils sont ternes
Elle se plait à foutre la merde car on la pousse à ne rien faire.
Elle a besoin de sport et de danse pour évacuer,
Elle va au bout de ses folies au risque de se tuer,
Mais ma France à moi elle vit, au moins elle l'ouvre, au moins elle rie,
Et refuse de se soumettre à cette France qui voudrait qu'on bouge.
Ma France à moi, c'est pas la leur, celle qui vote extrême,
Celle qui bannit les jeunes, anti-rap sur la FM,
Celle qui s' croit au Texas, celle qui à peur de nos bandes,
Celle qui vénère Sarko, intolérante et gênante.
Celle qui regarde Julie Lescaut et regrette le temps des Choristes,
Qui laisse crever les pauvres, et met ses propres parents à l'hospice,
Non, ma France à moi c'est pas la leur qui fête le Beaujolais,
Et qui prétend s'être fait baiser par l'arrivée des immigrés,
Celle qui pue le racisme mais qui fait semblant d'être ouverte,
Cette France hypocrite qui est peut être sous ma fenêtre,
Celle qui pense qui pense que la police a toujours bien fait son travail,
Celle qui se gratte les couilles à table en regardant Laurent Gerra,
Non, c'est pas ma France à moi, cette France profonde...
Alors peut être qu'on dérange mais nos valeurs vaincront...
Et si on est des citoyens, alors aux armes la jeunesse,
Ma France à moi leur tiendra tête, jusqu'à ce qu'ils nous respectent.

L' Action Française Etudiante!

Meeting étudiant et lycéen du 11 novembre 2006

1.11.06

tract en n&b... diffusez-les partout

A voir d'urgence: The Queen